Test : le nouveau site des Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine

4 mars 2013
Par

Les séries des Archives Nationales  postérieures à 1789 ont déménagé récemment du Marais dans un nouveau bâtiment situé à Pierrefitte-sur-Seine (Seine Saint-Denis), dans la banlieue de Paris. Par l’importance de l’investissement qu’il représente de la part des pouvoirs publics, celle des archives qu’il contient (essentielles aux historiens de la Révolution jusqu’au XXe siècle), les critiques et les polémiques que suscitent ce genre de grand équipement en France, le rôle qu’il est finalement appelé à jouer pour les historiens français et étrangers, le nouveau site des Archives Nationales suscitait une certaine anxiété. Répond-il aux attentes de la communauté historienne et à celles des chercheurs professionnels qui doivent venir régulièrement y travailler ?

J’ai commencé à me rendre régulièrement ces derniers jours à Pierrefitte,  ayant préféré attendre le passage de l’inauguration et les inévitables petits ajustements nécessaires après l’ouverture du bâtiment au public, probablement comme beaucoup de mes collègues, à en juger par la fréquentation assez modeste des lieux.

Tout d’abord, divine surprise : en sortant du métro, au terminus de la ligne 13, à Saint-Denis Université, le bâtiment est à quelques dizaines de mètres. Il est situé exactement en face des locaux de l’Université de Paris VIII, et représente une vraie chance pour les professeurs et les étudiants, pour peu qu’ils s’en saisissent. Il suffit de traverser la rue et de passer un portail pour accéder aux Archives.

De la rue, première impression du bâtiment : c’est une très belle réalisation architecturale, d’un niveau très largement supérieur au CARAN rue des Quatre-Fils. Une série de plate-formes posées sur des grandes cubes vitrés font face au visiteur, qui accède à l”imposant édifice par une sorte de glacis qui ménage une belle perspective. Le dépôt lui-même est un énorme parallépipède de couleur blanche, que l’on devine derrière la façade vitrée.

A l’intérieur, l’impression esthétique se confirme. Toutes les salles pour le public sont installées au rez-de-chaussée, de plain-pied, auxquelles on accède sans détour, en quelques pas. L’espace a été enfin bien conçu, une sorte d’anti Bibliothèque Nationale de France, en quelque sorte. L’impressionnante hauteur sous plafond, les parois entièrement vitrées, à l’intérieur et entre les différentes salles, les matériaux modernes et clairs (acier, bois clair, murs blancs) laissent ainsi largement entrer la lumière, même dans la grisaille de ces derniers jours de février à Paris.

Le lecteur qui connaît le CARAN ne sera pas trop dépaysé. L’organisation générale a été conservée, avec une salle des inventaires (où se trouvent tous les instruments de recherche des séries modernes), une salle de lecture où se trouve le guichet de liaison et les postes pour commander les documents.

Les vrais avantages se dévoilent alors. Le temps de livraison des documents commandés le jour même est d’environ 45 minutes – une heure, maximum. Le quota de consultation a été doublé. Chacun peut consulter 5 documents en commande le jour même, plus 5 documents réservés à l’avance. Autrement dit, il est enfin possible de consulter jusqu’à 10 cartons ou registres le même jour, et le fameux et maudit quota des “cinq articles” a enfin sauté. Notons que la même règle s’applique également au vieux site du CARAN rue des Quatre-Fils, dans le Marais, où les spécialistes de l’Ancien Régime, du Moyen Age et des archives notariales peuvent aussi consulter jusqu’à 10 documents. Voilà autant de bonnes raisons de revenir aux archives, à Pierrefitte ou à Paris.

Autre progrès notable : sur le terminal de commande, on peut suivre en temps réel comme à la BNF l’état de ses commandes et l’arrivée (ou pas) des documents.

Un mauvais point, à souligner et bon à savoir : il n’y a pas encore de lecteurs de microfilms. Et il semble qu’il faille devoir attendre jusqu’à juin. Pour l’instant les microfilms sont tous restés au CARAN, dans le Marais, et c’est là qu’on peut les consulter, quelque soit la série demandée.

Autre problème, à mon avis : internet. Apparemment les postes de travail sont reliés à un réseau, avec des câbles apparents, mais celui-ci ne fonctionne pas encore. Affaire à suivre…  De même une partie des sanitaires étaient inutilisables ces derniers jours, en raison de malfaçons.

Le personnel se montre attentionné et aimable. On sent que l’inauguration a redonné un peu de souffle à une institution que l’on savait en crise. L’accueil s’est vraiment amélioré et on ne peut que s’en féliciter.

Ajoutons à cela un vrai espace pour se restaurer, se détendre ou discuter, dans une vaste salle bien orientée, avec le mobilier adéquat : chaises et tables de différents types, jusqu’à d’amusants bancs et fauteuils en forme de cubes colorés qui semblent des jouets géants nonchalamment abandonnés par un enfant. A l’extérieur, une vaste terrasse au soleil, bordée par une pièce d’eau, attend les chercheurs pour leurs pauses des beaux jours. Espérons qu’elle sera bientôt ouverte…

Sur le plan pratique, c’est moins le bâtiment que le quartier où il se trouve qui peut rebuter. Il n’y a pratiquement rien pour se restaurer (à moins d’aller au restaurant universitaire en face). Dans l’espace “détente”, un prestataire privé vend sandwiches et salades, ainsi que des boissons, mais cela risque d’être assez monotone et ce n’est pas très bon marché. Il peut être plus simple d’aller en métro à la station suivante, Saint-Denis Basilique, dans le centre historique de la ville, où l’on trouvera sans problème des brasseries et des restaurants, autour de la mairie et en face de l’entrée de la basilique.

Le principal désagrément reste celui, bien connu des Parisiens, lié à la ligne 13 du métro qui dessert le site. La ligne est la plus fréquentée de Paris, notamment entre les gares Montparnasse et Saint-Lazare, et le trajet est fort long entre le centre de Paris et le terminus St Denis Université : 30 minutes depuis la rive gauche. Aux heures de pointe, le trajet peut être un peu éprouvant. Malheureusement, aucun progrès ne se profile à l’horizon avant de longues années. Peut-être un nouveau moyen de desserte sera-t-il inauguré un jour, comme un prolongement du tramway T 1 depuis Saint-Denis centre, qui permettrait de venir en RER depuis Châtelet  jusqu’à Saint-Denis et de délester la ligne 13.

Enfin, pour tous ceux qui ne connaissent pas encore Saint-Denis, ce sera l’occasion de découvrir ou de redécouvrir une ville particulièrement originale. Certes, c’est une commune située dans le département le plus pauvre de France, mais aussi la ville la plus importante demeurée communiste depuis plus de 90 ans, un haut lieu de l’histoire de l’industrie aux 19e et 20 siècles, le siège de la nécropole des rois de France avec ses magnifiques vitraux imaginés par Suger et ses curiosités (on peut voir le coeur d’Henri IV, momifié…). Un remarquable parcours historique permet de découvrir la ville, depuis ses vestiges carolingiens jusqu’au Stade de France et aux canaux. C’est un endroit fascinant pour un historien et tous ceux qui s’intéressent à la France.

Reste un problème majeur, que le déménagement sur le site de Pierrefitte n’a pas pas résolu : celui de la réduction des horaires d’ouverture des Archives Nationales, l’heure de la fermeture étant passée il y a quelques années à 16h 45. Dommage qu’un aussi beau bâtiment ferme aussi tôt, d’autant qu’il est relativement éloigné des chercheurs. Les pouvoirs publics auraient pu aller au bout de l’effort consenti pour les Archives et rajouter les quelques postes qui auraient permis de rétablir des horaires d’ouverture plus dignes d’un centre d’archives destiné à devenir un lieu majeur de la recherche historique.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Archives, Billets

2 commentaires pour “ Test : le nouveau site des Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine ”

  1. [...] Les séries des Archives Nationales postérieures à 1789 ont déménagé récemment du Marais dans un nouveau bâtiment situé à Pierrefitte-sur-Seine (Seine Saint-Denis), dans la banlieue de Paris. Par l’importance de l’investissement qu’il représente de la part des pouvoirs publics, celle des archives qu’il contient (essentielles aux historiens de la Révolution jusqu’au XXe siècle), les critiques et les polémiques que suscitent ce genre de grand équipement en France, le rôle qu’il est finalement appelé à jouer pour les historiens français et étrangers, le nouveau site des Archives Nationales suscitait une certaine anxiété. Répond-il aux attentes de la communauté historienne et à celles des chercheurs professionnels qui doivent venir régulièrement y travailler ?  [...]

  2. [...] Les séries des Archives Nationales postérieures à 1789 ont déménagé récemment du Marais dans un nouv…  [...]

Laisser un commentaire


Carnets de recherche