Archives de catégorie : Publications

Vient de paraître : Jean-Noël Luc (dir.), Histoire des gendarmes, de la maréchaussée à nos jours

Jean-Noël Luc (dir.), Histoire des gendarmes, de la maréchaussée à nos jours, Paris, Nouveau

monde éditions Poche, septembre 2016, 448 pages – 9,90 euros  – ISBN : 978-2-36942-237-2

Table des matières détaillées

http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Publication_-_Histoire_des_gendarmes.pdf

Une énième histoire de la gendarmerie ? Non : une première histoire des hommes et des femmes qui incarnent cette institution

Et qui résume en plus, pour la première fois, les recherches récentes. Cette nouvelle approche prend en compte les relations des gendarmes avec la population et les autres acteurs de l’ordre public et de la défense. Elle analyse le rôle spécifique des « soldats de la loi » au sein de l’État et de la société. Elle fournit un autre observatoire à l’histoire des systèmes policiers, des forces armées et des politiques de sécurité.

Un récit chronologique renouvelé du destin de la première force de sécurité française sur 95% du territoire, de la Guerre de Cent ans à la lutte antiterroriste d’aujourd’hui.

Une histoire panoramique des interventions des gendarmes dans la défense nationale, le maintien de l’ordre, la police judiciaire et la protection des populations.

Une analyse inédite des images des gendarmes, indicateurs et facteurs de leur rejet ou de leur acceptation, dans les romans, les bandes dessinées, au théâtre, au cinéma et dans les séries télévisées.

En prime : une chronologie de 280 dates, avec une chronique détaillée depuis l’année 2013, des organigrammes, des statistiques et une bibliographie commentée de 140 titres.

Cet ouvrage est une réédition, mise à jour et augmentée de près de 100 pages, de la première partie d’un livre publié en novembre 2013 aux éditions Jacob-Duvernet et devenu indisponible quelques mois plus tard.

Nouveau monde éditions Livre de poche – librairies (9,90 euros) ou en ligne (+ port)

http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100125190&

POUR UNE HISTOIRE DES « SOLDATS DE LA LOI », Jean-Noël Luc

« Une surveillance moitié civile, moitié militaire, répandue sur toute la surface »

Entre permanence et adaptation aux mutations de la société : la gendarmerie française ou le charme de la diversité

La gendarmerie du début du xxie siècle ou le choc de la modernité

Sortir les gendarmes de l’ombre de la gendarmerie

Quand les historiens appréhendent enfin les gendarmes

Première partie – LA MARÉCHAUSSÉE ET LA GENDARMERIE À L’ÉPREUVE DES SIÈCLES

Au commencement était la maréchaussée, Pascal Brouillet – Les gendarmes de la Révolution et de l’Empire, Aurélien Lignereux – Gendarmes et gendarmerie du xixe siècle, Arnaud-Dominique Houte – La Grande Guerre de la gendarmerie, Louis Panel – D’une guerre à l’autre : l’entrée de la gendarmerie dans le xxe siècle policier, Laurent López – La gendarmerie, des années noires à la Libération, Jonas Campion – Les gendarmes dans les guerres de décolonisation – Les mutations de la gendarmerie au cours de la seconde moitié du xxe siècle, Jean-Noël Luc  – La gendarmerie au début du xxie siècle, Roseline Letteron

Deuxième partie – LES GENDARMES À L’ŒUVRE DANS LES CAMPAGNES ET DANS LES VILLES

Les missions militaires des gendarmes, de la police des « gens de guerre » aux OPEX, Jean-Noël Luc – Les gendarmes au service de la police judiciaire, des juges bottés de l’Ancien Régime aux experts de la police scientifique et technique, Benoît Haberbusch – Les gendarmes acteurs du maintien de l’ordre, des colonnes mobiles de la Révolution aux expérimentations du centre de Saint-Astier, Édouard Ebel – Les gendarmes sauveteurs, de la lutte contre les catastrophes à la protection des automobilistes, Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc

Troisième partie – LES GENDARMES AU CŒUR DE L’IMAGINAIRE NATIONAL

La figure du gendarme au miroir des genres littéraires, Aurélien Lignereux  – Des Pieds nickelés à L’Enquête corse, les gendarmes des bandes dessinées, Arnaud-Dominique Houte  – Les gendarmes dans le septième art, Sébastien Le Pajolec  – De SOS fréquence 17 à Section de recherches, les gendarmes du petit écran, Jean-Noël Luc et Hélène de Champchesnel

Bibliographie commentée, Jean-Noël Luc

Sept siècles d’histoire en 280 dates, Jean-Noël Luc

Organigrammes, Benoît Haberbusch et Gildas Lepetit

Statistiques, Jean-Noël Luc

Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc (dir.), Les Gendarmeries dans le monde, de la Révolution française à nos jours, Paris, PUPS, mars 2016, 414 p.

Table des matières et extraits gratuits

http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Gendarmeries_dans_le_monde_depuis_la_Revolution_EXTRAITS.pdfCouverture

 

 

Où aller pour ne plus trouver de gendarmes, se lamente George Sand, en 1841 ? Pas dans la centaine de pays du monde où une gendarmerie a été créée sous différents noms, depuis la fin du XVIIIe siècle, après la sortie de cette institution de son berceau français !

Quelles sont les péripéties de cette expansion, entre importation forcée et choix délibéré, imitation et réinterprétation, hybridation et suppression ? Comment la gendarmerie française, organisatrice d’une trentaine d’institutions, les Carabinieri, la Guardia civil et les autres corps européens y participent-ils ? Que retient-on d’un « modèle gendarmique » qui est parfois transformé en libre-service ? Que nous apprend cette diffusion d’une police à statut militaire sur les représentations dont elle est l’objet, ses fonctions multiples et les interrelations entre l’armée, l’État et la société ?

Cet ouvrage a été élaboré, notamment, à partir des communications au colloque organisé par l’Université Paris-Sorbonne (Centre d’histoire du xixe siècle) et la Société nationale de l’Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie. Il propose une longue synthèse détaillée, 20 études de cas, un tableau synoptique de 98 institutions, 72 notices, des statistiques par continent et une carte de l’état des lieux en 1939 et 2015. Il élargit l’histoire, comparée et connectée, des systèmes policiers, qui ne sont pas seulement composés d’institutions à statut civil et de corps baptisés, confusément, « paramilitaires ». Il enrichit l’histoire des constructions étatiques et impériales, des relations internationales, de la colonisation et de la décolonisation, ainsi que celle des politiques de sécurité depuis la fin du xxe siècle.

Pour une histoire des gendarmeries et du « modèle gendarmique »

I – Comment vivre sans gendarmes ?

  1. Des gendarmes de la France révolutionnaire (1791) à la Gendarmería nacional du Mexique (2014) : les péripéties d’une mondialisation – 2. L’influence du modèle gendarmique français – 3. Les voies multiples de l’internationalisation des gendarmeries – 4. Que font les gendarmeries ? Qui fait la gendarmerie ?

II – Naissance, structuration et missions des gendarmeries européennes depuis le XIXe siècle

France des 130 départements – Piémont – Pays-Bas et Duché de Limbourg – Belgique – Luxembourg – Portugal – Suisse – Autriche Hongrie – Empire ottoman et Macédoine.

III – Coup d’œil sur l’essaimage mondial des gendarmeries

Mexique – São Paulo – Siam – Perse – Syrie.

IV – Les gendarmeries, actrices de la colonisation, de la décolonisation et de la coopération

Colonies espagnoles – colonies japonaises –Vietnam – Algérie – Cameroun – Mauritanie.

Annexes- Gendarmeries, xviiie-xxie siècle : avis de recherche

Gendarmeries, polices à statut militaire, polices à statut civil et militarisées, forces paramilitaires ? – « La » gendarmerie ou le charme de la diversité – Où « le modèle gendarmique » retrouve une utilité heuristique pour l’historien – Ficher les gendarmeries ? – Panorama historique et statistique – Notices et carte.

Parution : Histoire de la force publique aux XIXe et XXe siècles

Dossier de la Revue Histoire, Économie & Société – 4-2013

« Histoire de la force publique aux xixe et xxe siècles », sous la direction de Jean-Noël Luc et de Laurent López

Ce panorama montre la fécondité de quelques grands chantiers :

_ La circulation internationale des savoirs, des dispositifs et des usages policiers,

_ L’émergence des systèmes policiers (en cours d’analyse par le programme ANR – SYSPOE : systèmes policiers en Europe)

_ L’exercice de la police coloniale (que les anglophones appellent « colonial policing »)

_ L’histoire sociale des hommes et des femmes qui donnent corps aux institutions policières

_ Les gendarmes, mieux pris en compte par des historiens des polices et des armées,

_ Les interrelations entre ces militaires originaux, chargés de fonctions policières, les personnels des polices civiles, interrelations dont l’étude permet de commencer à construire une véritable histoire de la force publique

Sommaire Continuer la lecture de Parution : Histoire de la force publique aux XIXe et XXe siècles

La collection « Stato, Esercito e controllo del Territorio » s’enrichit

Les actes des séminaires de Messine de 2006 et 2009 viennent de paraître, ainsi que ceux de la rencontre d’Abbiategrasso de septembre 2010.

Controllare il territorio. Norme, corpi e conflitti tra medioevo e prima guerra mondiale a cura di Livio Antonielli e Stefano Levati

http://www.cepoc.it/la-collana/antonielli_levati_2013

Gli spazi della polizia. Un’indagine sul definirsi degli oggetti di interesse poliziesco a cura di Livio Antonielli

http://www.cepoc.it/la-collana/gli-spazi-della-polizia

Polizia Militare / Military Policing a cura di Livio Antonielli

Vient de paraître : Histoire et Dictionnaire de la Gendarmerie, de la maréchaussée à nos jours

Histoire et dictionnaire de la gendarmerie, de la maréchaussée à nos jours,

sous la direction de Jean-Noël Luc et de Frédéric Médard, Éditions Jacob-Duvernet, décembre 2013, 533 pages

Cet ouvrage s’appuie sur plusieurs dizaines de travaux, le plus souvent inédits, réalisés depuis treize ans au sein du chantier de la Sorbonne, dont sont issus la plupart des auteurs du panorama historique.

Un tryptique, conçu et dirigé par Jean-Noël Luc, présente les grandes étapes du destin de l’institution, ainsi que des hommes et des femmes qui la composent, puis les gendarmes à l’œuvre dans leurs diverses missions et, enfin, les mutations de leurs représentations, dans la littérature, la bande dessinée, le septième art et les séries télévisées.

Les 311 notices du dictionnaire dirigé par Frédéric Médard permettent d’en savoir plus à propos de l’organisation de l’institution, des personnages et des événements marquants, des matériels, des effets et des expressions emblématiques.

À l’heure où les chercheurs scrutent, légitimement, les « systèmes policiers », la publication de cet ouvrage permet de mieux comprendre leur fonctionnement en éclairant les particularités de l’une de leurs composantes et en articulant souvent l’histoire de la gendarmerie avec celle des autres forces policières et militaires, comme avec celle de l’institution judiciaire.

Sommaire

PREMIÈRE PARTIE « LA MARÉCHAUSSÉE ET LA GENDARMERIE À L’ÉPREUVE DES SIÈCLES »

I.  Au commencement était la maréchaussée par Pascal Brouillet

II.  Les gendarmes de la Révolution et de l’Empire par Aurélien Lignereux

III.  Gendarmes et gendarmerie du xixe siècle par Arnaud Houte

IV.  La Grande Guerre de la gendarmerie par Louis Panel

V.  D’une guerre à l’autre : l’entrée de la gendarmerie dans le xxe siècle policier par Laurent López

VI.  La gendarmerie, des années noires à la Libération par Jonas Campion

VII.  Les gendarmes dans les guerres de décolonisation par Benoît Haberbusch et Emmanuel Jaulin

VIII.  Les mutations de la gendarmerie au cours de la seconde moitié du xxe siècle par Jean-Noël Luc

IX. La gendarmerie au début du xxie siècle par Roseline Letteron

DEUXIÈME PARTIE « LES GENDARMES À L’ŒUVRE DANS LES CAMPAGNES ET DANS LES VILLES »

X.  Les missions militaires des gendarmes, de la police des gens de guerre aux OPEX  par Jean-Noël Luc

XI.  Les gendarmes au service de la police judiciaire, des juges bottés de l’Ancien Régime aux experts de la police scientifique et technique  par Benoît Haberbusch

XII.  Les gendarmes acteurs du maintien de l’ordre, des colonnes mobiles de la Révolution aux expérimentations

du centre de Saint-Astier  par Édouard Ebel

XIII.  Les gendarmes sauveteurs, de la lutte contre les catastrophes à la protection des automobilistes  par Arnaud Houte et Jean-Noël Luc

TROISIÈME PARTIE « LES GENDARMES AU COEUR DE L’IMAGINAIRE NATIONAL »

XIV.  La figure du gendarme au miroir des genres littéraires par Aurélien Lignereux

XV.  Des Pieds nickelés à l’Enquête corse, les gendarmes des bandes dessinées  par Arnaud Houte

XVI. Les gendarme dans le Septième art  par Sébastien Le Pajolec

XVII.  De SOS fréquence 17 à Section de recherches, les gendarmes du petit écran  par Jean-Noël Luc et Hélène de Champchesnel

 

DICTIONNAIRE DE LA GENDARMERIE

ANNEXES

Sept siècles d’histoire en deux cents dates  par Jean-Noël Luc

Repères bibliographiques   par Jean-Noël Luc

Parution : Buveurs, voleuses, insensés et prisonniers à Namur au XVIIIe siècle : Déviance, justice et régulation sociale au temps des Lumières

buveurs

Sarah Auspert, Isabelle Parmentier, Xavier Rousseaux, Buveurs, voleuses, insensés et prisonniers à Namur au XVIIIe siècle : Déviance, justice et régulation sociale au temps des Lumières, PU de Namur, 2012, 184 pp., « Histoire, Arts et Archéologie » n°14.

 

Book review : On Quentin Deluermoz’s « Policiers dans la ville » : the uniformed policeman in 19th century Paris

The rise of men in blues : the uniformed policeman in 19th century Paris

Review by Vincent Denis :

 Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville, Préface de Dominique Kalifa, Publications de la Sorbonne, Paris, 2011.

This is a fascinating book about a typical figure of the Parisian landscape, the uniformed cop. But there is more in this book than another Parisiana chromography. It is the story of a great transformation of the city itself.

 This is a book about  relating the integration of a new kind of policing, practically and symbolically, in the city of Paris. This central innovation has a starting point : in 1854, the introduction of the uniformed policeman, at a large scale, first the sergent de ville, later renamed under the Republic as the gardien de la paix. I think Quentin Deluermoz shows us one of the most important transformation in the history of police in France.

Until this date, and since the 18th century,  in Paris, police work was assured by police commissioners who basically received complaints in their neighborhood, and a large variety of ominous plaincloth officers, who were hated and despised by the population, in charge of catching thieves but also tracking clandestine illicit activities in the city and keeping an eye on political opponents. The « main-forte », the armed presence, in the streets, was the mission of paramilitary or army units, with military organization and equipment : before the French Revolution, the garde de Paris, and the elite regiment of the Gardes Françaises, and after 1789 the Garde Nationale, the gendarmes, the Garde de Paris for daily surveillance, and ultimately army regiments stationed in the city.

The introduction of this new kind of agent was a real breakthrough in a secular tradition of policing based on this triad of visible police commissioners (often familiar figures), plainclothes inspectors or spies and riflemen. These new agents were inspired by the London bobbies : although they had a military background, they were police agents, they wore a distinct uniform, and they were ligthly armed (with a saber). They were not the first visible policemen in the history of policing in Paris, since the police commissioners were highly visible, public figures, easily available at all time of the day and night in their hôtel de police or commissariat, for ages. But they were only a handful (48 exactly for a whole city, and this number remained the same until the middle of the 19th century). For the first time, there was a visible civilian police force, in the streets, in large numbers. So the subaltern police agents who had been hidden  became all the sudden very visible.

The other innovation was the introduction of the beat patrol (another Londonian feature). The book demonstrates that it meant a real change in the way the police invested the space of Paris. The beat patrol took place in a global new pattern of policing, which was based on the repeated circulation of policemen in all the areas of the city, contrasting with the more static precedent pattern, based on strong points (posts, police stations and barracks) from where patrols were regularly deployed. These two innovations, the uniform policeman and the beat patrol, gradually created a new relation between the Parisians and their police, but also a public order of a new kind.

Quentin Deluermoz carefully retraced how this new police was received by the population. At first, there was much more incomprenhension than repulsion or hostility. People seemed puzzled by this new visibility of the police. It seems there was a discordance between the change of the police structures, and the relative inertia of the political imagination about the police. There is a long tradition of suspicion and defiance against « hidden police » in Paris,  during the 18th and 19th century. This opposition between visible and invisible police in the city was structured around 1700 when police inspectors were introduced for the first time, doubling the police commissioners. This dual system was reinstated before the end of the French Revolution, and barely changed. Why this suspicion ? Police commissioners symbolized a paternalist pattern of policing, behaving more like civil magistrates. Police inspectors represented a new kind of policing, « high policing », to quote the sociologist of police Jean-Claude Brodeur. It is also related to the nature of the police of Paris, which became precociously a State police, well before the French Revolution (rather an exception in France). This system of « hidden police » was even refined in the first part of the 19th century, with undercover night patrols and so on. At the end of the Empire, and during the Commune of Paris, these traditional anxieties suddendly and brutally re-appeared, as Quentin demonstrates, with aggressions, murders and persecution of policemen, who were all the more exposed to angry mobs and neighbours that they were highly visible.

Oddly, the insurgent population and the radicals often turned towards the traditional police alternative since 1789, i.e. the Garde Nationale, a militia, or other various forms of neighborhood policing. This was rather an utopia, since theses forms of policing were not well adapted to the social division of work required by modern societies. No wonder they were short-lived.

Under the Republic, these agents became familiar figures in the Parisian landscape. Making good use of newspapers, advertisements and popular literature, Quentin Deluermoz demonstrates the progressive integration of uniformed officers in cityscape. Although there still could be tension and conflict, they acquired a vague aura of ordinariness and dull normality, symbolized by the popular image of an old, fat, cheeky police officer. The idea is that they were not fearful figures anymore, but typical elements of the city, as the new modern equipment associated to urban life (advertising posts, lamp posts etc). One can discuss the validity of the analysis of the press, popular images, advertisement and mass literature to convey an impression on the feelings associated to policemen. But this use of mass-media and commercial representations, considered as reflects of common ideas, is always combined with archival evidences. There are proofs of the circulation of these literay commonplaces on the police, turned to them by angry passers-by when they arrested them. The « faits divers », a central feature in the commercial development of popular press in the last decades of the 19th century, is carefully studied in its narrative structure. There was a shift, from efficiency to inefficiency of the police, in the relations of police action, coinciding with a period of great anxiety about delinquance and recividists. May I suggest that another indicator of public trust would have been the number of formal complaints, if such figures exist. Public trust in police institutions is correlated with the number of people addressing them to solve their problems.

Quentin Deluermoz made also an excellent use of police records, to show how the population considered the policemen. The number of complaints against policemen, the letters sent to the Prefect of Police, or the threat of sending one kept in the police records after an incident with an agent, testify in favour of a kind of empowerment of Parisians towards their police. Filling a formal complaint, keeping track of an agent by his identification number, visible on his collar, became a common tool, even in the working-class neighborhood of Belleville, and for individual of all social backgrounds. An essentiel consequence of visibility was that policemen had to behave, under the scrutiny of the neighboorhood, their colleagues, and the press. This is an important toward an increased accountability of the police.

The book insists on the gradual transformation of the policemen themselves, especially after 1880. It does no presume a fixed police structure, but rather describes a very moving, wavering reality. According to Quentin Deluermoz, during the first decades of their existence, being a policeman is not a « métier », a craft or a profession, but a mere occupation, a job without set references, that did not really exist before. Eloquently, one of his chapter about the ordinary lives of policemen, is named « lessons from the street », or « graduating from the street » (l’école de la rue). In the absence of any formalized professional training, police officers learn their job the hard way, initiated by older agents or probably try to cope with their previous experience (in the army) and the regulations provided by the police headquarters. There is a clear cut when the préfet Lépine introduced the first practical school for training policemen in the 1890’s. Strikingly, police work is more and more shaped by regulations, codes, written instructions, and a centralized command, which is still an actual feature. The beat patrol itself was replaced by other patterns of policing. Its coincidence with a reinforcement of intermediary commanding field officers (brigadiers) made me wonder whether it would be a reaction against the excessive autonomy and « discretion » of police officers on the beat patrol. By the end of the century, they became the elementary pieces of a larger urban machinery, in the ideal model of urban administration that can be read in the regulations of the préfecture .

 

By the way, the book relativizes the chronology of modern policing established by Jean-Marc Berlière, in his pioneering work on the Préfet Louis Lépine, « inventor of modern police ». This is one of the stakes of the book, as one of its starting point was to challenge the assumption of more « modern » police invented by the Third Republic. Actually, Quentin Deluermoz convincingly demonstrates that the pattern of uniform policeman and beat patrol was decisive turning point in the policing of Paris, well before the Republic. The idea of a precise date for the « birth » or the « origin » of modern police is rather an obstacle than a useful tool (and before that we should define what we mean by « modern » policing). One of the lessons of the book is to insist more on incremental transformations. The system introduced in 1854 proved to be so successful that it was rapidly re-established after its brief suppression in 1870 and during the Commune.

One of the main achievements of the book is the discussion of the transformation of public order. Policemen had to constantly negotiate to establish their authority, against what Quentin Deluermoz calls « orders of the street », meaning local, indigenous orders. He made the choice of relying on case studies, due to the lack of sufficient sources for a quantified study. It is impossible to trace down a shift from one type of public order to another one, more modern and more rational. Instead, there are gradual transformations, a kind of mutual acceptance and definition of roles between Parisians and policemen. Conflict is not inexistent, but less frequent. The development of the uniformed policeman fills a new police function, « administrative police », the equivalent to the modern « sécurité publique », which is more and more distinct from the investigation of serious crime and other specialized police tasks. Its field is definitely the street, « la voie publique ». One can try to qualify the kind of policing that is eventually implemented : it is visual, with the idea that on the public space some things must not be visible (such as vagabonds and beggars, perverts or people showing improper parts of their body). Of course, it deals with petty theft and interpersonal violence, but this emphasis on « cleaning up the streets » visually is a new feature, is promised to a bright future.

To conclude, it is not a coincidence if the introduction of the uniformed policeman was simultaneous to the physical reshaping of the city by Haussmann. The book makes a point in studying this figure which became a symbol of the city, as much as the Hausmannian avenues and boulevards.

I would like to raise two questions, incented by reading this insighfult, beautifully crafted work. In this respect, one must rethink the contribution of the police to shape and produce public space. In this history of the relation between the Parisian and their policemen, there is one essential and ominous protagonist, the streets of Paris, the morphology of the city. Police action and their interaction with the people contributed to change the uses of the streets. But how did the popular uses of the streets change over time ? How the definition of the street did change, from Haussman to Lépine ? How this kind of transformation affected police work ?

Another issue would be the policemen themselves. There is a privileged focus on the way the Parisians considered their police. The book carefully studied the institutionnalization of this group. However, I am curious about the policemen themselves. What were their interests in their tasks ? Why did they join the force ? And more important, how did they judge the surrounding society, and the various groups composing the population of Paris ? Did they share the official values emphasized by the solemn ceremonies described in the last part of the book ? The sociology of modern police forces in the US or in France insist on the conflicting values among policemen, who are not a homogeneous group. Here, Quentin Deluermoz gives some hints on the occasion of the insurrection of the Commune, when some policemen chose to remain in the insurgent city. There are other chapters to write in the history of the uniformed policeman.

Parution : Justine Berlière et les commissaires de police à Paris au 18e siècle

  • Justine BERLIERE,  Policer Paris au siècle des Lumières. Les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle Ecole des Chartes, Droz, 2012 (407 pages, 36€). Préface de Vincent Milliot.

Ajoutant une nouvelle publication dans le domaine de la police du dix-huitième siècle, décidément bien servi cette année avec le livre de Marco Cicchini sur l’ordre public à Genève, Justine Berlière signe le premier livre consacré aux commissaires de police du Châtelet de Paris. Loin des clichés anciens ou plus récents (la série TV sur les « aventures » de Nicolas Le Floch), elle dresse une analyse détaillée du rôle essentiel que ces agents pouvaient jouer dans le maintien de l’ordre et la vie de la capitale au siècle des Lumières, à travers notamment l’étude de de l’activité du commissaire Chénon, dans le quartier central de Saint-Germain l’Auxerrois, à un coup d’arquebuse du Louvre. C’est donc une contribution importante pour comprendre tant l’histoire de la police de la capitale que celle des polices urbaines à l’époque moderne.

Présentation de l’éditeur

« Malgré sa présence constante dans la vie quotidienne de Paris au XVIIIe siècle, on connaît très mal le commissaire de police. Sans prétexte aucun, la police mérite d’être étudiée parce qu’elle est une institution-clé de l’Ancien Régime ». Ce souhait exprimé en 1981 par Steve Kaplan est aujourd’hui en passe d’être réalisé.
Objets trop longtemps oubliés de l’histoire sociale du XVIIIe siècle, les quarante-huit commissaires enquêteurs examinateurs au Châtelet de Paris, dont les archives d’une grande richesse sont souvent utilisées sans qu’on s’intéresse à ceux qui les ont produites, sont au cœur de cette recherche, qui éclaire le fonctionnement et les rouages d’une machine policière longtemps méconnue.
Qui étaient ces magistrats, propriétaires de leur charge ? De quels milieux étaient-ils issus, à quelles stratégies sociales et familiales répondait le choix de cette carrière ? De quel personnel disposaient-ils ? Quelles étaient précisément leurs fonctions dans la police de la capitale dont le Lieutenant général de police avait la charge ? Quels rapports entretenaient-ils avec la population au milieu de laquelle ils vivaient, avec les autres acteurs de la sûreté d’une ville dont les états d’humeur pouvaient avoir de lourdes conséquences, comme allaient le démontrer les événements de 1789 ?
Ce travail a pour but de mettre en lumière le rôle de ces magistrats immergés au cœur de Paris – en sa vie quotidienne, ses ombres et lumières, ses turpitudes, et ce, dans un quartier stratégique : celui de Saint-Germain-l’Auxerrois, entre Seine et Palais-Royal, Louvre et Châtelet. Il offre une plongée du côté de ces agents de l’ordre public, dans les coulisses de la ville-capitale au temps des Lumières.

 Les amateurs des aventures du commissaire Le Floch découvriront le vrai visage et les vraies fonctions des commissaires de police parisiens au XVIIIe siècle.

Parution : Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles, Catherine Denys et Vincent Denis (dir.)

Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Catherine Denys et Vincent Denis, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 196 pages.

Les policiers furent les figures les plus visibles et les plus symboliques de la domination coloniale dont ils formaient le premier maillon. Au contact quotidien des populations, chargés des tâches les plus diverses, sous des dénominations très variables, ils jouaient cependant pleinement leur rôle dans la « mission civilisatrice de l’homme blanc ». Cet ouvrage entend montrer quelle fut leur contribution à l’émergence d’un nouveau mode de gestion colonial des populations, des années 1750 à la veille de la Grande Guerre.

De Buenos Aires à Sydney, en passant par Rio, Montréal, Bombay, Le Cap ou Batavia, du Suriname aux Indes néerlandaises, les contributions réunies ici retracent l’histoire des forces de l’ordre des empires coloniaux européens, l’intense circulation des pratiques, des conceptions policières et des hommes au sein des empires. Loin d’être la projection des structures des polices métropolitaines, les polices des territoires coloniaux ont été des terrains d’expérimentation, sans cesse adaptés aux contraintes matérielles et politiques des sociétés locales. A bien des égards, les colonies furent le laboratoire de la modernité policière, présentée comme une innovation des métropoles du 19e siècle.

Fruit d’une enquête collective, rassemblant douze études inédites de spécialistes internationaux, cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire de l’Etat et des empires coloniaux, ainsi qu’à celle des polices.

Avec les contributions de Maria Bicalho (Université Fédérale Fluminense, Rio de Janeiro), Emmanuel Blanchard (Université de Versailles Saint-Quentin), Marieke Bloembergen (KILTV, Leyden), Mark Doyle (Middle Tennessee State University, Murfreesboro), Donald Fyson (Université Laval, Québec), Diego Galeano, Erin Giuliani (Université du Queensland, Sydney), Richard Hill (Université Victoria de Wellington, Nouvelle-Zélande), Elaine Klinkers (KILTV, Leyden), Scott C. Spencer (Université de Virginie, Charlottesville) et Stefan Petrow (Université de Tasmanie, Hobart).

 

Sommaire

Catherine Denys et Vincent Denis : Introduction : Voyage à travers les expériences policières coloniales

Organiser les polices coloniales

Diego Galeano : Réformes de police et organisation de l’espace urbain à Buenos Aires, 1776-1856.

Stefan Petrow : Bagnards ou hommes libres : la police en Terre de Van Diemen, 1847-1858.

Ellen Klinkers : Mutations policières dans une société en mouvement : l’émergence d’une force de police au Suriname, 1863-1900 :

Richard Hill : Adaptation et autochtonisation : application et raffinement des méthodes policières impériales dans la colonie de Nouvelle-Zélande, 1840-1907.

Marieke Bloembergen : Par peur et sens du devoir. La surveillance policière : un problème inédit pour les autorités coloniales des Indes néerlandaises, 1870-1900.

Transferts et réseaux policiers impériaux

Donald Fyson : La police au Québec, 1760-1878 : des modèles impériaux dans une colonie nord-américaine.

Maria Fernanda Bicalho : L’Intendance Générale de Police de la ville de Rio de Janeiro, capitale de la Monarchie et de l’Empire Portugais, 1808-1820.

Mark Doyle : « Il faut que le feu soit immédiatement efficace » : la répression des émeutes en Irlande et aux Indes à l’époque coloniale.

Erin Giuliani : Surveillance policière et technologies d’identification dans les colonies des Nouvelles Galles du Sud et du Queensland, 1880-1903.

Scott Spencer : Les policiers de l’Empire : le Constabulary d’Afrique du Sud, la Police montée du Nord-Ouest canadien et les réseaux policiers de l’Empire britannique, 1895-1914.

Conclusion

Emmanuel Blanchard : Les forces de l’ordre colonial, entre conservatoires et laboratoires policiers (XVIIIe-Xxe siècles).

Parution : Catherine Denys (dir.), Circulations policières, 1750-1914

Catherine Denys (dir.), Circulations policières, 1750-1914, Presses Universitaires du Septentrion, 2012.

208 pages, 22 €

Comment améliorer « sa » police ? En regardant ce qui se fait « ailleurs » ; en l’adoptant, parfois. À rebours des historiographies nationales, ce livre fait découvrir l’histoire méconnue des circulations internationales des polices en Europe et à travers l’Atlantique. Il donne à voir les passeurs qui les animent comme les modèles qui se construisent dans les échanges, les transferts, les rejets ou les adaptations des systèmes policiers. Depuis l’Anglais Mildmay révélant le fonctionnement de la police parisienne en 1763 jusqu’à l’Américain Fosdick enquêtant sur la police des capitales européennes en 1913, des observateurs voyagent, étudient et décrivent les polices étrangères. Des administrateurs imposent des réformes justifiées par la supériorité supposée de ces polices voisines, d’autres les refusent énergiquement. Le débat sur la police déborde les limites des États. Neuf études de cas, de Buenos Aires à Paris, de Lisbonne à Rome, de Londres à Berlin, de Bruxelles, Genève ou New York, illustrent la richesse de cette histoire connectée des polices entre Ancien Régime et coopération moderne des polices contemporaines.

Introduction de Catherine Denys, contributions de Vincent Denis, Diego Galeano, Ilsen About, Catherine Denys, Paul Lawrence, Anja Johansen, Flavio Borda d’Agua, Vincent Fontana, Chiara Lucrezio Monticelli.

Table des matières disponible au lien suivant (site éditeur) :

http://www.septentrion.com/livre/?GCOI=27574100997770