Archives de catégorie : Séminaire et ateliers

Séminaire « Acteurs, pratiques et représentations de la sécurité »

 

Acteurs, pratiques et représentations de la sécurité.

Gendarmes, policiers, pompiers, douaniers, soldats et société, XIXe-XXIe siècles

Pr. Jean-Noël Luc – Dr Arnaud-Dominique Houte – Université Paris-Sorbonne

Maison de la recherche (28 rue Serpente, Paris, mardi 17h-19h)

Ouvert en 2000, le séminaire de la Sorbonne poursuit deux objectifs.

– Étudier l’histoire, longtemps négligée par les chercheurs, de la Gendarmerie, une force militaire et policière originale, acteur essentiel de la sécurité et composante du système de défense.

– Élargir les travaux à la Police nationale et aux autres forces (civiles ou militaires, publiques ou privées, professionnelles ou informelles), qui contribuent à la sécurité, intérieure et extérieure, afin de participer au décloisonnement des recherches et à une meilleure compréhension de l’histoire de la sécurité, en France et à l’étranger.

27 septembre – Méthodologie, apports et limites de l’histoire du « Temps présent »

La Gendarmerie nationale et le choc de la modernité, de la fronde des personnels, à la fin du XXe siècle, à l’entreprise fédératrice de modernisation du général Denis Favier en 2013 (Pr. J.-N. Luc)

4 octobre- L’histoire des forces de l’ordre : sources, historiographie, méthodologie (Pr. J.N Luc)

11 octobre – Quand l’histoire de la police rencontre l’histoire urbaine

Savoirs et pratiques des agents de la Lieutenance générale de police chargés de l’aménagement urbain de Paris, 1667-1790 (Nicolas Vidoni, Université Aix-Marseille)

18 octobre- Histoire du commandement

Recruter, promouvoir et maintenir l’ordre dans les casernes de la Troisième République, 1872-1914 (Dr. Mathieu Marly, agrégé de l’Université)

 8 novembre L’histoire des forces de l’ordre : sources, historiographie, méthodologie

15 novembre – La police de la circulation

Le gendarme et l’automobile : imaginaires et débats de la police routière dans le premier tiers du XXe siècle (Dr. Arnaud-Dominique Houte)

22 novembre – La professionnalisation de la force publique

Origines et mutations d’une grande école militaire : l’École des officiers de la gendarmerie nationale (général François Alègre de la Soujeole, Inspection générale de la gendarmerie, Dr. Benoît Haberbusch, Centre de recherche de l’EOGN).

29 novembre – L’histoire des forces de l’ordre : sources, historiographie, méthodologie

6 décembre – L’étude des forces de sécurité comme observatoire de l’histoire des inégalités, des détresses et de l’engagement des services publics

Profils, motivations et polyvalence des sapeurs-pompiers de Paris au début du XXIe siècle (Dr. Romain Pudal, chargé de recherche en sociologie, CNRS, CURAPP-ESS)

13 décembre – L’ordre public, un sujet politique

Le Parti communiste français face aux questions de maintien de l’ordre, des années 1920 aux années 1960 (Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine, Université de Bourgogne-Franche-Comté, UMR-CNRS)

4 janvier 2016 – L’indispensable apport de la sociologie

Trajectoires sociales et professionnelles des gendarmes et transformations de leur métier au début du XXIe siècle (Dr. Éléonora Elguezabal, chargée de recherche en sociologie, INRA-CESAER)

 

Polices et montagnes (XVIIIe-XXIe siècles)

Polices et montagnes (XVIIIe-XXIe siècles)

Université Grenoble-Alpes, UMPF, LARHRA, Labex Item, ANR Syspoe, Sciences Po Grenoble, MSH-Alpes

Journée d’études

Jeudi 21 et vendredi 22 mai 2015, salle de conférences de MEDIAT, MSH-Alpes-salle du 2e étage. Continuer la lecture de Polices et montagnes (XVIIIe-XXIe siècles)

Contrôler le mouvement Les polices des circulations et des transports XVIIIe-XXe siècles

Journée d’études SYSPOE, 20 mars 2015, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence, 9 h 30-17 h

9 h 30  Brigitte Marin : ouverture de la journée

Céline Regnard : introduction Continuer la lecture de Contrôler le mouvement Les polices des circulations et des transports XVIIIe-XXe siècles

Colloque international : Police et Justice, le noeud gordien

A2_colloque_police_justice - Copie

FACULTÉ DES LETTRES
UNITE D’HISTOIRE MODERNE | DAMOCLES
ANR SYSPOE (Systèmes policiers européens, 18e-19e s.)
INTERNATIONAL ASSOCIATION FOR CRIME AND CRIMINAL JUSTICE
POLICE ET JUSTICE: LE NOEUD GORDIEN
Du temps des Lumières à l’Etat libéral (1750-1850)
COLLOQUE INTERNATIONAL
Genève, 20-22 novembre 2014
Uni Bastions, salle B111
Fedele Fischetti (1734- 1789), Alexandre tranchant le noeud gordien
Continuer la lecture de Colloque international : Police et Justice, le noeud gordien

French Atlantic History Group/Groupe d’histoire de l’Atlantique français

 Wednesday 15 October 2014, 4pm / Mercredi 15 Octobre 2014, 16h

 Université de Montréal, Pavillon Lionel-Groulx (3150 rue Jean-Brillant), salle C-2059.

 Philippe Hamon (Université de Haute Bretagne (Rennes 2))

 « Prises d’armes et révoltes rurales, conscience de classe et domination en France (15e-18e siècles) ».

 Vincent Milliot (Université de Caen)

 « La meilleure police d’Europe ? Le système policier parisien à l’épreuve de la catastrophe du 30 mai 1770 ».

Les acteurs des systèmes policiers / Actors of police systems

Colloque Syspoe, Lille, 8 et 9 octobre 2014, Université de Lille 3.

Ce colloque international s’intéressera aux pratiques des différents acteurs de la chose policière. Il vise à comprendre comment des catégories d’agents, pas forcément institutionnalisés, exerçaient des formes de police qui, agencées, pouvaient former un système. Les thématiques abordées permettront ainsi de mieux distinguer la police du policing, et comprendre l’insertion sociale d’une activité de régulation des désordres telle que la police. Continuer la lecture de Les acteurs des systèmes policiers / Actors of police systems

Séminaire : Acteurs, pratiques et représentations de la sécurité Gendarmes, policiers, pompiers, soldats, magistrats et société, XIXe-XXIe siècles

Professeur Jean-Noël LUC – Arnaud-Dominique HOUTE, maître de conférences (Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I – Paris IV) – année 2014-2015
Maison de la recherche (28 rue Serpente, Paris VIe – mardi 17h-19h, salle D 116)

Ouvert en 2000, le séminaire de la Sorbonne poursuit deux objectifs.

– Étudier l’histoire, longtemps négligée par les chercheurs, de la gendarmerie, force militaire et policière originale et composante des systèmes de défense et de sécurité.
– Étendre les travaux aux forces civiles ou militaires, publiques ou privées, professionnelles ou informelles, qui participent, y compris par leurs interactions, à la sécurité, intérieure et extérieure, afin de contribuer au décloisonnement des recherches et à une meilleure compréhension de l’histoire de la sécurité, en France et à l’étranger.

Depuis son ouverture, le séminaire a produit 175 travaux universitaires, dont 15 thèses, fourni la matière de 28 ouvrages et permis d’organiser 7 colloques ou journées d’étude.

Mardi 30 septembre – Ouverture du séminaire
Introduction – Gendarmes, policiers, pompiers et douaniers : de l’objet d’étude sale ou négligé aux chantiers féconds (Pr. Jean-Noël Luc) Conférence d’ouverture – Ordre public et démocratie, 1789-1914 (Dr. Arnaud Houte)
Mardi 7 octobre – La prévôté et la police des « gens de guerre » (I)
Les gendarmes, instruments de la loi aux armées, des guerres de la
Révolution à la Guerre d’Indochine (Pr. J-N. Luc)
Mardi 14 octobre- L’histoire des forces de l’ordre : sources et méthodologie – I
Mardi 21 octobre – La prévôté et la police des « gens de guerre » (II) « Gagner les coeurs et les esprits » ? La contribution des prévôtaux, de la Guerre d’Espagne (1808-1814) à la Guerre d’Indochine (Pr. J-N. Luc)
Mardi 4 novembre – La police des grands empires
Police et gendarmerie dans l’Empire ottoman au tournant des XIXe et XXe siècles : des mutations des pratiques aux nouveaux questionnements historiographiques (Dr. Noémie Lévy, maîtresse de conférences, Université du Bosphore, Istanbul)
Mardi 18 novembre – L’histoire des forces de l’ordre : sources, méthodologie -II
Mardi 25 novembre – Le syndicalisme policier. Alliance police nationale, Unité SGP Police FO et UNSA Police, forces d’inertie ou de changement dans la Police nationale, 1981-2013 ? (Barbara Felice, master II, Paris-Sorbonne)
Mardi 2 décembre – Table ronde : La Justice, vécue par ceux qui la font
Marie Bloch, magistrat, chef du bureau juridique, mission de l’adoption internationale, ministère des affaires étrangères – Valentine Morel, juge d’instruction au TGI de Nanterre – Fabrice Naudé, magistrat colonel, chef du bureau des relations judiciaires au ministère de la Défense – Modératrice : Roseline Letteron, professeure agrégée de droit public, Université Paris-Sorbonne
Mardi 9 décembre – La « chair humaine » (M. Bloch) derrière l’uniforme. Loisirs, incartades, vie familiale et inquiétudes des gardes mobiles républicains à la fin des années 1930 (Marie-Charlotte James, master II, Université Paris- Sorbonne)
Mardi 16 décembre – Risques, catastrophes et secours aux victimes Les représentations pariétales des sapeurs-pompiers de Paris depuis le milieu du XXe siècle entre traditions et modernité (Mathilde Bois, master II, Université Paris-Sorbonne)
Mardi 6 janvier 2015 – L’ordre à l’armée. Encadrer et surveiller les soldats condamnés : les gardiens du dispositif pénitentiaire militaire de l’armée française de la fin du XIXe siècle à la fin des années 1920 (Valériane Milloz, doctorante, Centre histoire du XIXe siècle, Universités Paris I-Paris IV).
Suite du séminaire au 2e semestre.

Contrôler le mouvement. Les polices des circulations et des transports XVIIIe-XXe siècle

Journée d’étude le 20 mars 2015
Axe « Plural Policing ». Journée proposant des approches historiques, géographiques et sociologiques.
Interventions d’Anne Conchon, Céline Régnard et Laurence Montel, René Lévy, Fabrice Hamelin, Stéphanie Sauget, Aurélien Delpirou. Discutants: Arnaud Houte et Aurélien Lignereux. Le programme complet sera présenté ultérieurement.

Police in comparative perspective, 1750-1850

10th European Social Science History Conference

Vienne, Mercredi 23 avril 2014, 14h-16h

Organisation: René Lévy

Emmanuel Blanchard: « The National Guard in Oran (c. 1840-1870): Urban Vigilante or Military Unit? »
Catherine Denys: « Comparing Police Systems in Paris and Brussels during the 18th Century »
Anja Johansen: « Archetypes, Models and Variations: a Discussion of a Weberian Approach to Nineteenth-century Police Models »
Aurélien Lignereux : « From National Policing to Imperial Policing: the Gendarmic Experience in Napoleonic Europe »
Haia Shpayer-Makov: « France as the ‘Other’ in Public Debates about Police Detection in Late Victorian England »

Dagli esecutori alla polizia giudiziaria: un lungo percorso / Des auxiliaires à la police judiciaire : un long parcours

Seminario internazionale / Séminaire international

Università degli Studi di Messina

Aula Magna del Dipartimento di Scienze Giuridiche e Storia delle Istituzioni (6-7 dicembre 2013)

Venerdì 6 dicembre, ore 9

Giovanni Moschella, Andrea Romano, Saluti d’apertura Livio Antonielli, La proposta di lavoro Interventi

  • Susana Truchuelo Garcia, Las figuras del orden: los ejecutores de la ley en contextos de guerra comercial (España, siglos XV-XVII)
  • Matteo Giuli, Polizia inadempiente in Antico Regime. Gli esecutori lucchesi e le catture “negligentate”
  • Luca Covino, La forza del disordine. Giurisdizione baronale ed esecutori di giustizia nei feudi del Mezzogiorno moderno
  • Laura Amato, La denuncia anonima come strumento di controllo sociale tra Sette e Ottocento
  • Luca Mannori, Per un censimento degli esecutori di giustizia nello Stato fiorentino d’antico regime: prime ricognizioni
  • Nicolas Vidoni, Les auxiliaires de police au XVIIIe siècle à Paris

Venerdì 6 dicembre, ore 14.30

Interventi

  • Marco Cicchini, Una nuova grammatica concettuale della relazione tra polizia e giustizia: riformismo penale e Rivoluzione francese (1760-1800)
  • Vincent Fontana, Dans l’ombre de l’enquête. Le rôle des agents subalternes en matière de police judiciaire pendant la période napoléonienne (Genève, 1798-1814)
  • Simona Fazio, I funzionari di polizia della Vicaria di Palermo: 1820-1840
  • Herbert Reinke, Order, Disorder, Crime and Control in 19th-Century German Cities
  • Simona Mori, “La parte più nobile e più utile”. Ufficiali di pubblica sicurezza e polizia giudiziaria nell’Italia unita: testimonianze e discussioni
  • Paola Tessitori, “Nulla allo schedario stranieri”. Il formarsi del diritto dell’immigrazione nelle prassi di polizia giudiziaria fra l’Ottocento e i primi decenni del Novecento

Sabato 7 dicembre, ore 9.15

Interventi

  • Giovanni Tessitore, L’evoluzione della penalità e i crocevia della storia
  • Luigi Vergallo, La polizia e la lotta contro il traffico degli stupefacenti a Marsiglia: 1914-1939
  • Flavio Carbone, I carabinieri e la polizia giudiziaria: la nuova sfida degli anni Cinquanta

Discussione Oltre ai relatori partecipano: Livio Antonielli, Alessandro Buono, Vittoria Calabrò, Patrizia De Salvo, Gigliola Di Renzo Villata, Filippo Fiorito, Simona Laudani, Daniela Novarese, Enza Pelleriti, Claudio Povolo, Andrea Romano, Carmen Trimarchi

Qu’est-ce qu’un système policier ? Atelier SYSPOE, 22 novembre 2013

Atelier du 22 novembre 2013

Qu’est-ce qu’un système policier ?

Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, Salle Perroy, galerie Dumas, escalier R, 2e étage.

Programme

Accueil des participants à partir de 9 heures

 

Matinée 9h 15-12 h 15

 

 

Présentation de la journée : Vincent Denis (IHMC-Paris 1, IUF), Vincent Milliot (CRHQ, Caen)

 

Livio Antonielli (Université de Milan)

Une variable peu considérée : le role des exécuteurs et des auxiliaires
dans le système policier.

 

Vincent Fontana (Uni. Genève)

Un système fixe de surveillance et d’investigation ». Système policier et répression de la criminalité dans le département du Léman pendant la période française (1798-1813).

 

 

Après-midi 13h 45  – 17 h 30

 

Chiara Lucrezio Monticelli (Université Rome 2)

L’hybridation entre polices d’Etat et ecclésiastiques à Rome de la Restauration à la République de 1849 : un système de police ?

 

Laurent Lopez (Centre d’Histoire du 19e siècle, Paris I-Paris IV)

Que forme la force publique française à la fin du XIXe siècle ?

 

Jacques de Maillard (UVSQ, CESDIP)

Organisation et systèmes policiers : une perspective de sociologie politique.

 

René Lévy (CESDIP)

Systèmes policiers européens: grandes tendances actuelles.

Journée d’étude : L’action policière à Paris, du Moyen Age à la Révolution, 6 juin 2013

 

 

3èmesRencontres d’histoire de Paris

(Moyen Age et époque moderne)

Archives nationales

6 juin 2013

L’action policière à Paris : acteurs, espaces, résistances

du Moyen Age à la Révolution française

 

 

Centre Historique des Archives Nationales, 11 rue des Quatre Fils, Paris 3e

Salle d’albâtre

 

 

Organisation : Julie Claustre-Mayade (Lamop, Paris I) et Vincent Denis (CRHM, Paris I)

avec le soutien du LAMOP (UMR 8589), de l’IDHE (UMR 8533), de l’équipe Modernités et Révolutions (EA 127, Paris I), de l’Institut Universitaire de France, en association avec le programme Systèmes policiers européens (SYSPOE) de l’ANR.

 

 

9 h 30 :  Introduction : Julie Claustre et Vincent Denis

 

9h 50 : Marion Bernard (archiviste paléographe, conservateur du patrimoine stagiaire, INP)

 

Juridiction professionnelle, ordre public, sûreté : les enjeux de la libéralisation du commerce des armures à Paris au temps de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons.

 

10 h 15 : Julie Claustre (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, LAMOP)

 

Remarques sur les espaces policiers de Paris à la fin du Moyen Age

 

Pause

 

10 h 40 : Diane Roussel (Université de Reims, CREHIC)

 

A la poursuite de la police. Sécurité, ordre public et justice à
Paris au XVIe siècle

 

 

11 h 10 : Safia Hamdi (Université de Tunis)

 

Les officiers de la police économique de l’Hôtel de Ville de Paris sous le règne de Louis XIV: de la tutelle municipale à la tutelle royale

 

Discussion

 

 

14 h : Diego Carnevale (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, LabEx HASTEC, EA 127)

 

Les cimetières à Paris au XVIIIe siècle : problèmes de police, de santé et d’aménagement de l’espace urbain.

 

 

14 h 25 : Vincent Denis, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, EA 127, IUF)

 

Etre commissaire de police à Paris en Révolution (1790-1795)
14 h 50 : Jean-Christophe Balois (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IDHE)

 

La police du travail après la fin de la police du travail

 

 

Pause

 

15 h 30 : Vincent Milliot (Université de Caen-Basse Normandie, CRHQ)

 

Conclusions

 

Discussion générale

 

 

Séminaire : Le temps de la police

Le temps de la police, Europe, 1750-1814

 

Université Laval, Québec, séminaire du CIEQ 

(centre interuniversitaire d’études québécoises),

Mardi 15 janvier 2013

 

 

Catherine Denys (Université de Lille 3, IRHIS UMR 8529)

 et

Vincent Milliot (Université de Caen, CRHQ UMR 6583)

 

 

            Officiers accablés de travail, esclaves des sommations incessantes liées à la préservation de la sûreté publique, ou bien, officiers adeptes d’un zèle modéré, absentéistes patentés, fainéants improductifs de profession : que fait la police ?

            Poser la question du temps de travail, de son organisation, de ses rythmes dans le cas de la police (des polices) d’Ancien Régime et du premier dix-neuvième siècle fait directement écho aux problématiques les plus récemment développées sur ce chantier, qui renvoient à l’étude des pratiques, à la lente spécialisation des tâches policières et à l’essor de formes de professionnalisation. Si une synthèse générale reste difficile pour un univers marqué par une très grande diversité de situations entre les villes, entre les corps et les institutions dotées de pouvoirs de police, un certain nombre d’observations et d’interrogations sont néanmoins possibles, dans le cas présent à travers les situations parisiennes et bruxelloises, de part et d’autre de la Révolution française.

            Conceptions doloristes du travail obligeant peut-être, on trouve un certain nombre de doléances au sujet de la surcharge de travail dont souffriraient les acteurs de la police. À l’inverse, d’autres observateurs insistent sur la médiocre assiduité et disponibilité de la police. Autre aspect de la lecture des moralistes : si la police est accablée de travail, c’est aussi parce que la grande ville devient ingérable et intrinsèquement perverse. Les deux discours contribuent sans doute à forger une image et à souligner une attente sociale : le « bon policier » se doit d’être disponible, à toute heure de la journée, et pour tous, ce qui peut supposer une évolution de la hiérarchie des tâches policières. Depuis les textes réglementaires et normatifs jusqu’aux archives de la pratique, peut-on reconstituer les formes d’organisation, les agendas et les rythmes du travail policier ?  Quels enjeux se nouent autour du temps de travail de la police ?

 

 

 

En quoi consiste l’empire ? Quelques indices et pistes policières, 17e-20e siècles.

La prochaine séance du séminaire “Empires. Histoire des colonisations” aura lieu le lundi 10 décembre de 18 h à 20h dans la salle de réunion de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris).

Elle accueillera Emmanuel Blanchard (UVSQ, CESDIP) et Vincent Denis (Université Paris I, IUF) pour une intervention intitulée : En quoi consiste l’empire ? Quelques indices et pistes policières, 17e-20e siècles.

Crise urbaine, crise sociale, crise des polices ?

 

Crise urbaine, crise sociale, crise des polices ?

European Association of Urban History, Prague, 1er septembre 2012

Session organisée par Chiara Lucrezio Monticelli (Roma 3), Vincent Milliot et Vincent Denis.

Compte-rendu

Cette session fait retour sur un thème classique de l’étude des sociétés urbaines, celui de « crise urbaine », tout en le soumettant à un nouveau questionnaire, fondé sur les développements récents de l’historiographie des forces de l’ordre et de la police. Il s’agissait de s’interroger sur les relations qui peuvent exister entre les transformations urbaines et l’histoire des forces de police, chargées à divers titres du bon ordre dans la cité, de la seconde moitié du XVIIe siècle aux bouleversements de l’âge industriel, marqués par les transformations accélérées et parallèles des formes de police et du cadre urbain. Le thème de la « crise » de la ville renvoie bien sûr au discours et aux perceptions des contemporains sur la ville, et souvent à une crise symétrique de leurs propres catégories d’analyse. Mais les villes peuvent aussi connaître des mutations accélérées génératrices de tensions et de désordre, nourrissant le constat d’un dysfonctionnement, de pathologie ou d’anomie, qui peuvent être de plusieurs ordres : tout ce qui touche à la circulation des hommes et des biens, qui peut être trop intense – dans le cas de l’immigration ou de l’épidémie – ou insuffisamment fluide – avec l’approvisionnement et les subsistances. S’y ajoutent les dynamiques à travers lesquelles se recomposent les rapports entre les groupes sociaux, défaisant les solidarités traditionnelles ou nourrissant les antagonismes entre eux. Le cadre matériel urbain peut lui-même subir des phénomènes d’extension, de densification, de prolifération de nuisances – sonores, olfactives, sanitaires – qui le rendent inhospitalier, insalubre ou insupportable à ses habitants ou aux observateurs. On voulait ici articuler l’étude de ces questions à celle de l’histoire de la police. D’un côté, il s’agissait de relier plus étroitement l’histoire des organismes policiers à celle du cadre social et matériel de la ville dans lequel elle s’inscrit. D’un autre côté, la littérature historique sur la « crise » des villes a rarement pris en compte le rôle des agents de la police dans ces situations paroxystiques, portant l’analyse sur l’assistance, les infrastructures, les autorités politiques locales, les conditions socio- économiques. Or les institutions policières demeurent des acteurs majeurs du bon gouvernement des cités, dans le maintien quotidien et routinier de la tranquillité publique, le règlement des litiges, la coexistence entre les groupes sociaux, dont il convient d’évaluer la juste place et la contribution à ces phénomènes. En outre, on peut s’interroger sur les implications du passage d’une conception englobante de la police, chargée d’assurer le « bonheur des hommes en société », appliquée au contexte des gouvernements citadins, à une conception progressivement plus centrée au cours du XIXe siècle sur des considérations de maintien de l’ordre, déclinées en tâches de plus en plus spécialisées qui font le lit de la professionnalisation des acteurs de la police. A partir de ce double questionnement, trois grandes séries de thèmes peuvent être envisagées, de la seconde moitié du XVIIe siècle jusqu’à la Première Guerre Mondiale.

• Les discours de la « crise urbaine » viennent justifier les transformations des institutions policières. La dénonciation de l’insécurité, des périls imminents, de l’inadéquation ou des insuffisances des structures policières existantes, est le préalable à des réformes des dispositifs policiers locaux, parfois radicales, parfois inabouties, dont les exemples fameux sont les mutations policières de Paris (1667) et de Londres (1829). Il apparaissait ici pertinent de faire retour sur ces épisodes « réformateurs » que d’autres villes ont pu connaître en Europe, confronter discours et pratiques, analyser le rôle que peut jouer le diagnostic de la crise dans la réforme policière et révéler les enjeux politiques et sociaux des mutations policières.

• Les multiples transformations, brutales ou exacerbées, de la ville suscitent des réponses de la part des autorités urbaines. Quelles mutations de l’administration policière induisent-elles ? De quelles manières la police et ses agents évoluent-ils face aux transformations brutales du cadre matériel de la ville, son expansion spatiale, la rupture et la recomposition des solidarités, l’accroissement des inégalités, des compétitions ou des tensions entre les groupes sociaux qui la composent, la paralysie de ses organes de gouvernement? Il s’agissait ici de sortir de la chronologie brève des épisodes réformateurs pour interroger des processus, des dynamiques de recomposition au long cours qui peuvent s’inscrire en aval ou en amont, en appréciant aussi l’impact que peuvent avoir certains événements traumatiques localisés dans l’évolution des dispositifs policiers. La typologie des villes, la nature et le rythme des transformations qui les affectent, la variété des dispositifs destinés à assurer le bon ordre en leur sein méritent d’être pris en compte en distinguant la situation des villes capitales ou de vastes métropoles, des villes portuaires ou en situation frontalière, des villes à l’essor manufacturier notable et accéléré.

• La ville en crise est aussi le miroir de polices en crise. Dans quelle mesure la crise des polices peut-elle nourrir à son tour la crise urbaine ? Loin d’être les ensembles harmonieux et disciplinés à la croissance régulière que leurs responsables aiment à présenter aux observateurs extérieurs, les polices urbaines sont des organismes divisés, dont les acteurs et les groupes qui les composent sont en lutte et tentent de faire prévaloir leurs intérêts, tout en devant répondre à leurs autorités de tutelle et à une demande sociale. Les polices ont elles- mêmes pu être confrontées à des conflits internes ou à des mutations accélérées, à l’introduction de nouvelles pratiques ou normes, à des demandes pressantes qu’elles ne peuvent satisfaire.

 

 Communications présentées

 

POLICING EIGHTEENTH-CENTURY BRISTOL: TAMING THE CHAOTIC CITY

Matt Neale (University of Leicester, Centre for Urban History)

 

POLICE AND DANGEROUS URBAN CLASSES: CULTURE AND PRACTICE OF PUBLIC ORDER IN THE CITIES OF NORTHERN ITALY AFTER NATIONAL UNITY (1861-1880)

Simona Mori (Università degli studi di Bergamo)

 

EXTENSION URBAINE, MIGRATIONS ET MAINTIEN DE L’ORDRE. LA RÉFORME DE LA POLICE DES PORTS À MARSEILLE DANS LA SECONDE MOITIÉ DU XIXE SIÈCLE

Céline Régnard (Université d’Aix-Marseille/ Telemme)

 

LE PALAIS INCENDIÉ, LA PLÈBE DÉCHAÎNÉE. LES MUTATIONS DE LA POLICE DE MEXICO APRÈS LA GRANDE ÉMEUTE DE 1692

Arnaud Exbalin (Université d’Aix-Marseille, TELEMME)

 

CRISE URBAINE ET INSTITUTIONNALISATION DE LA POLICE: LE CAS DE LISBONNE APRÈS LE TREMBLEMENT DE TERRE DE 1755  

Flavio Borda d’Agua (Université de Genève)

 

HARMONISER LA SURVEILLANCE POLICIÈRE URBAINE ET RURALE ? LA RÉVOLUTION GENEVOISE ET L’IMPOSSIBLE RATIONALISATION ADMINISTRATIVE (1792-1798)

Vincent Fontana (Université de Genève)

 

POLICES ET CRISES POLITIQUES À PARIS, 1848-1871

Quentin Deluermoz (Université Paris 13/Nord)

 

Les textes des communications seront prochainement mis en ligne.