CFP : International Conference : Policing Empires, Brussels, December 2013

CFP International Conference Policing Empires: Social Control, Political Transition, (Post-)Colonial Legacies

Call for Papers

International Conference

Policing Empires Social Control, Political Transition, (Post-)Colonial Legacies

December 2013 Brussels, Belgium

After years of academic neglect, colonial policing has recently attracted increasing attention. New historical insights on colonial security strategies and on their postcolonial vestiges (in the global South as well as in the former metropoles) testify to the dynamism of this field of research. The 2-day international conference Policing Empires: Social Control, Political Transition, (Post-)Colonial Legacies, to be held in Brussels in December 2013, is the last in a series of events convened by the GERN Working Group on (Post-)Colonial Policing. Preceding workshops have focused on policing in the British, French, Belgian and Dutch, and finally Portuguese Empires and have addressed various aspects of policing, surveillance and security experiences. Building on these explorations, the aim of this final conference is to spur new reflection and discussion on connectivity, continuity and change across the (former) European Empires and to promote a multi-sited and comparative approach to colonial policing practices and their legacies in the postcolonial world. It intends to bring together researchers and research evidence from different areas of the world and of specialization, and to foster cross-disciplinary and cross-empire debates through innovative case-studies related to the broad themes of the conference.
In order to open new perspectives, we invite papers that transcend traditional definitions and paradigms of policing in 19th and 20th century colonial contexts. This entails debates not limited to police services but embracing other actors, strategies and techniques which were also part of the colonial law and order apparatus, as well as analysis going beyond institutional approaches and state boundaries. In both cases, we would like to discuss formal and informal interactions of colonial security norms and projects with the social and spatial realities of the policed.
The conference will be organized along three major themes: social control, political transition and (post-)colonial legacies. These will provide a flexible framework allowing to explore a wide range of topics, including but not limited to:
Social Control•    Class, race, ethnicity, gender and policing •    Informal and semi-informal mechanisms of control •    Policing, consent and control •    Criminality, delinquency and urban order
Political Transition •    Policing and pacification •    Intelligence and surveillance •    Colonial and counter-colonial networks •    Negotiating a ‘new’ order: violence, resistance, agency
(Post-)Colonial Legacies
Colonial (dis)continuities in policing the (newly) independent state Police work and the internationalization/regionalization of security politics Memories of policing, police violence and repression Policing the former colonized in the metropole.
(The above list is only indicative and papers on all aspects of the broad themes of the conference are welcome.)
For paper proposals, please submit a title, a 250-word abstract and a short biography in English by April 1st, 2013 to policingempires.conference2013@gmail.com. Authors will be sent notifications of acceptance or rejection by email before May 1st, 2013 and complete papers will be due on November 1st, 2013. Selected proceedings of the conference will be published.
A limited budget to help with travel and/or accommodation expenses may be made available (with preference given to junior and low-income scholars). Please note that these funds are very limited: participants are therefore encouraged to find their own sources of financial support.
For more information, please contact policingempires.conference2013@gmail.com
Organizing Committee : Emmanuel Blanchard (CESDIP/Université de Versailles-Saint-Quentin, France) Marieke Bloembergen (KITLV, The Netherlands) Margo De Koster (Université catholique de Louvain / Vrije Universiteit Brussel, Belgium) Amandine Lauro (Université Libre de Bruxelles, Belgium)

CFP : European Perspectives on Cultures of Violence

Call for Papers

European Perspectives on Cultures of Violence

 

The Centre for English Local History, University of Leicester,

27-28 June 2013

 

What can we learn from the way that violent behaviour is experienced and perceived in European culture? This interdisciplinary conference invites discussion over the nature of violence in differing times and places. The aim is to not only bring together historians of different periods, but also to promote dialogue across a range of disciplines concerned with the study of violence in the modern world. What can comparative historical studies add to these debates, and how can historians benefit from the work of criminologists, anthropologists and sociologists in return? How can the study of acts of violence, both past and present, challenge or support modern claims of humanity and progress? Can we account for the dramatic historical decline in homicide rates in some parts of the world, or their persistence in others? A lot of valuable work has examined how gender affects experience of violent crime, as both offender and victim. We will also consider the role of brutality in oppressive regimes or industrial systems, while the centralized containment of violence and ‘civilising processes’ are integral to narratives of modern state formation.

 

Shifting to local studies, new questions arise. What was the cultural significance of violence and the law in specific regions? Were these meanings specific to differing social groups and did they change across time? Was interpersonal violence necessarily incompatible with local perceptions of civilised behaviour? What can the study of these communities add to anthropological debates over relations between local cultures and systems of universal values? We want to encourage interaction and discussion of violence as a source of social and political power, and as an aspect of culturally relative interpersonal relations.

 

Confirmed speakers: Prof Andy Wood, Prof Peter King, Prof Patricia Skinner and Dr Joanne Bailey.

 

We welcome proposed papers that deal with one or more of the following issues:

·         domestic violence

·         gendered experience of violence

·         violence and the state

·         violence and ethnicity

·         geographies of homicide

·         comparative histories of criminal justice reform

·         public perceptions of violent crime and punishment

·         the emotions of violence

·         trauma and memories of violence and conflict

We hope that this call for papers will be answered both by historians but also by researchers in other disciplines who deal with these questions. Although our main focus will be Europe, papers presenting comparative studies from other regions are also sought.

Proposals for papers of approximately 300 words should be sent to simon.sandall@winchester.ac.uk  before 30 March 2013, accompanied by short biographical details.

Fermeture et déménagement des Archives de la Préfecture de Police

C’est l’historien Jean-Marc Berlière qui l’annonce dans sa dernière « Lettre aux amis de la police » : les archives de la Préfecture de Police vont bientôt fermer pour déménager au Pré Saint-Gervais, dans la banlieue est de la capitale. Réouverture prévue à l’automne…

Installées dans un étage du commissariat central du 5e arrondissement, les Archives Historiques de la Préfecture de Police étaient plus ou moins en sursis, depuis qu’une partie de ses locaux avaient été réaffectés aux services du commissariat du 13e arrondissement, victime d’un incendie cette année. Ces derniers mois, les lecteurs étaient accueillis dans une des salles du musée, reconvertie en salle de lecture provisoire, le tout fonctionnant bien grâce aux efforts des employés et des responsables du service d’archives, ce qui permettait de travailler dans des conditions « normales ».

Les informations précises sur le déménagement manquent encore. Il est certain que les recherches sur l’histoire de la police vont en pâtir, chacun devant remettre de quelques mois ses travaux projetés. Au moment où s’achèvent les perturbations liées au déménagement des Archives Nationales à Pierrefitte, voici un nouveau chantier qui commence, avec ses incertitudes. Sale temps pour l’histoire de la police….

Test : le nouveau site des Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine

Les séries des Archives Nationales  postérieures à 1789 ont déménagé récemment du Marais dans un nouveau bâtiment situé à Pierrefitte-sur-Seine (Seine Saint-Denis), dans la banlieue de Paris. Par l’importance de l’investissement qu’il représente de la part des pouvoirs publics, celle des archives qu’il contient (essentielles aux historiens de la Révolution jusqu’au XXe siècle), les critiques et les polémiques que suscitent ce genre de grand équipement en France, le rôle qu’il est finalement appelé à jouer pour les historiens français et étrangers, le nouveau site des Archives Nationales suscitait une certaine anxiété. Répond-il aux attentes de la communauté historienne et à celles des chercheurs professionnels qui doivent venir régulièrement y travailler ?

J’ai commencé à me rendre régulièrement ces derniers jours à Pierrefitte,  ayant préféré attendre le passage de l’inauguration et les inévitables petits ajustements nécessaires après l’ouverture du bâtiment au public, probablement comme beaucoup de mes collègues, à en juger par la fréquentation assez modeste des lieux.

Tout d’abord, divine surprise : en sortant du métro, au terminus de la ligne 13, à Saint-Denis Université, le bâtiment est à quelques dizaines de mètres. Il est situé exactement en face des locaux de l’Université de Paris VIII, et représente une vraie chance pour les professeurs et les étudiants, pour peu qu’ils s’en saisissent. Il suffit de traverser la rue et de passer un portail pour accéder aux Archives.

De la rue, première impression du bâtiment : c’est une très belle réalisation architecturale, d’un niveau très largement supérieur au CARAN rue des Quatre-Fils. Une série de plate-formes posées sur des grandes cubes vitrés font face au visiteur, qui accède à l »imposant édifice par une sorte de glacis qui ménage une belle perspective. Le dépôt lui-même est un énorme parallépipède de couleur blanche, que l’on devine derrière la façade vitrée.

A l’intérieur, l’impression esthétique se confirme. Toutes les salles pour le public sont installées au rez-de-chaussée, de plain-pied, auxquelles on accède sans détour, en quelques pas. L’espace a été enfin bien conçu, une sorte d’anti Bibliothèque Nationale de France, en quelque sorte. L’impressionnante hauteur sous plafond, les parois entièrement vitrées, à l’intérieur et entre les différentes salles, les matériaux modernes et clairs (acier, bois clair, murs blancs) laissent ainsi largement entrer la lumière, même dans la grisaille de ces derniers jours de février à Paris.

Le lecteur qui connaît le CARAN ne sera pas trop dépaysé. L’organisation générale a été conservée, avec une salle des inventaires (où se trouvent tous les instruments de recherche des séries modernes), une salle de lecture où se trouve le guichet de liaison et les postes pour commander les documents.

Les vrais avantages se dévoilent alors. Le temps de livraison des documents commandés le jour même est d’environ 45 minutes – une heure, maximum. Le quota de consultation a été doublé. Chacun peut consulter 5 documents en commande le jour même, plus 5 documents réservés à l’avance. Autrement dit, il est enfin possible de consulter jusqu’à 10 cartons ou registres le même jour, et le fameux et maudit quota des « cinq articles » a enfin sauté. Notons que la même règle s’applique également au vieux site du CARAN rue des Quatre-Fils, dans le Marais, où les spécialistes de l’Ancien Régime, du Moyen Age et des archives notariales peuvent aussi consulter jusqu’à 10 documents. Voilà autant de bonnes raisons de revenir aux archives, à Pierrefitte ou à Paris.

Autre progrès notable : sur le terminal de commande, on peut suivre en temps réel comme à la BNF l’état de ses commandes et l’arrivée (ou pas) des documents.

Un mauvais point, à souligner et bon à savoir : il n’y a pas encore de lecteurs de microfilms. Et il semble qu’il faille devoir attendre jusqu’à juin. Pour l’instant les microfilms sont tous restés au CARAN, dans le Marais, et c’est là qu’on peut les consulter, quelque soit la série demandée.

Autre problème, à mon avis : internet. Apparemment les postes de travail sont reliés à un réseau, avec des câbles apparents, mais celui-ci ne fonctionne pas encore. Affaire à suivre…  De même une partie des sanitaires étaient inutilisables ces derniers jours, en raison de malfaçons.

Le personnel se montre attentionné et aimable. On sent que l’inauguration a redonné un peu de souffle à une institution que l’on savait en crise. L’accueil s’est vraiment amélioré et on ne peut que s’en féliciter.

Ajoutons à cela un vrai espace pour se restaurer, se détendre ou discuter, dans une vaste salle bien orientée, avec le mobilier adéquat : chaises et tables de différents types, jusqu’à d’amusants bancs et fauteuils en forme de cubes colorés qui semblent des jouets géants nonchalamment abandonnés par un enfant. A l’extérieur, une vaste terrasse au soleil, bordée par une pièce d’eau, attend les chercheurs pour leurs pauses des beaux jours. Espérons qu’elle sera bientôt ouverte…

Sur le plan pratique, c’est moins le bâtiment que le quartier où il se trouve qui peut rebuter. Il n’y a pratiquement rien pour se restaurer (à moins d’aller au restaurant universitaire en face). Dans l’espace « détente », un prestataire privé vend sandwiches et salades, ainsi que des boissons, mais cela risque d’être assez monotone et ce n’est pas très bon marché. Il peut être plus simple d’aller en métro à la station suivante, Saint-Denis Basilique, dans le centre historique de la ville, où l’on trouvera sans problème des brasseries et des restaurants, autour de la mairie et en face de l’entrée de la basilique.

Le principal désagrément reste celui, bien connu des Parisiens, lié à la ligne 13 du métro qui dessert le site. La ligne est la plus fréquentée de Paris, notamment entre les gares Montparnasse et Saint-Lazare, et le trajet est fort long entre le centre de Paris et le terminus St Denis Université : 30 minutes depuis la rive gauche. Aux heures de pointe, le trajet peut être un peu éprouvant. Malheureusement, aucun progrès ne se profile à l’horizon avant de longues années. Peut-être un nouveau moyen de desserte sera-t-il inauguré un jour, comme un prolongement du tramway T 1 depuis Saint-Denis centre, qui permettrait de venir en RER depuis Châtelet  jusqu’à Saint-Denis et de délester la ligne 13.

Enfin, pour tous ceux qui ne connaissent pas encore Saint-Denis, ce sera l’occasion de découvrir ou de redécouvrir une ville particulièrement originale. Certes, c’est une commune située dans le département le plus pauvre de France, mais aussi la ville la plus importante demeurée communiste depuis plus de 90 ans, un haut lieu de l’histoire de l’industrie aux 19e et 20 siècles, le siège de la nécropole des rois de France avec ses magnifiques vitraux imaginés par Suger et ses curiosités (on peut voir le coeur d’Henri IV, momifié…). Un remarquable parcours historique permet de découvrir la ville, depuis ses vestiges carolingiens jusqu’au Stade de France et aux canaux. C’est un endroit fascinant pour un historien et tous ceux qui s’intéressent à la France.

Reste un problème majeur, que le déménagement sur le site de Pierrefitte n’a pas pas résolu : celui de la réduction des horaires d’ouverture des Archives Nationales, l’heure de la fermeture étant passée il y a quelques années à 16h 45. Dommage qu’un aussi beau bâtiment ferme aussi tôt, d’autant qu’il est relativement éloigné des chercheurs. Les pouvoirs publics auraient pu aller au bout de l’effort consenti pour les Archives et rajouter les quelques postes qui auraient permis de rétablir des horaires d’ouverture plus dignes d’un centre d’archives destiné à devenir un lieu majeur de la recherche historique.