Polices plurielles et plural policing

Responsables : Céline Regnard et Arnaud Houte

Participants : Anne Conchon, René Lévy, Aurélien Lignereux

Difficilement traduisible, la notion de plural policing attire l’attention sur la multiplicité des corps, publics ou privés, qui interviennent dans un même espace, local ou national, pour assurer la sécurité et le maintien de l’ordre. Elle incite par conséquent à faire porter le questionnement sur les relations entre ces diverses instances régulatrices ainsi qu’à interroger la perception des populations concernées et à envisager la production de pratiques et représentations différentes d’un même espace. Cette problématique a été plus particulièrement élaborée pour le temps présent afin d’analyser les fragilités ou les défaillances de l’Etat en temps de crise (Jones et Newburn 2006). Il semble toutefois fécond de l’appliquer aux 18e et 19e siècles, dans la mesure où le processus de monopolisation et de professionnalisation de la force publique se trouve confronté au maintien voire au développement d’autres acteurs de la régulation. En Europe se pose le problème de la coexistence et de l’articulation entre différents types d’instances policières, comme les polices locales, les maréchaussées puis les gendarmeries, les polices municipales et  les polices d’Etat, mais aussi les agents des fermes et des douanes. Au pluralisme des forces publiques s’ajoute la persistance de formes non professionnelles de police (gardes privés des campagnes, milices comme les gardes nationales) et le développement de polices privées pour protéger des espaces spécifiques, comme les entrepôts des grands ports européens, ou certaines ressources en zone rurale (gibier). Dans les espaces coloniaux, où le pluralisme juridique est souvent de règle, de multiples instances exercent des fonctions de police, entre les forces publiques, l’armée, les concessionnaires privés, et de multiples administrateurs qui ont d’autres tâches. Il s’agit de comprendre comment le processus de développement des forces publiques peut se conjuguer avec le maintien et l’expansion du pluralisme policier. Entre ces acteurs peuvent s’établir des formes de conflits, des rivalités, mais aussi des partages de compétences et des formes de collaboration qu’il convient d’étudier et qui sont au cœur de la constitution des systèmes policiers. A partir d’études de situations particulières, l’objectif est ici de répondre à une question centrale pour le projet : dans quelle mesure un système policier n’est-il que la rationalisation a posteriori d’une sédimentation institutionnelle, ou la mise en ordre d’arrangements de terrains ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Histoire des systèmes policiers en Europe