Systèmes policiers, crises, révolutions et catastrophes

Responsables : Vincent Milliot et Quentin Deluermoz

Participants : Emmanuel Blanchard, Vincent Denis, Michel Daeffler.

Catastrophes (naturelles, industrielles ou sanitaires), révolutions, émeutes ou faits divers tragiques d’ampleur exceptionnelle marquent des moments de crise qui, en dépit de la diversité de leur origine, éprouvent fortement, sur des plans pratiques et organisationnels, politiques et idéologiques, les systèmes policiers qui y sont confrontés. Le choix de s’interroger sur les systèmes de police à travers le prisme de l’événement extraordinaire, de la crise et de la catastrophe repose sur l’hypothèse que ces événements paroxystiques ou perturbateurs sont particulièrement féconds pour appréhender les tensions, les contradictions, les dynamiques qui traversent ces systèmes. L’objectif commun est ici d’établir en quoi ces événements agissent comme vecteurs, révélateurs et accélérateurs des transformations policières. La crise peut à la fois constituer un moment de réassurance des acteurs de la police, mais elle peut aussi déboucher sur des analyses critiques, et avoir des effets déstructurants qui poussent à modifier plus ou moins profondément le système initial. La crise peut également créer des opportunités favorables à l’expérimentation, au déploiement de nouveaux dispositifs. L’accent sera mis sur la dimension internationale des événements considérés, les crises ayant parfois une portée transfrontalière de nature diverse : soit par leur diffusion, leur effet de « contagion », soit par leur dimension exemplaire et emblématique qui invite à questionner en retour la situation dans laquelle on se trouve. Une attention particulière sera portée au contexte colonial au 19e siècle, à la fois récepteur de formules métropolitaines et laboratoire de solutions nouvelles. Le travail et la réflexion communs se nourriront d’échanges réguliers avec des chercheurs étrangers impliqués dans ce type de questionnement, notamment Anja Johansen (Dundee University, Révolutions de 1848 en Europe), et les membres de l’équipe Damocles (Université de Genève) : Vincent Fontana (autour de l’impact de la décennie révolutionnaire sur le système judiciaire et policier à Genève), Flavio Borda d’Agua (sur la réforme de la police de Lisbonne après le séisme de 1755), Marco Cicchini (sur les effets « policiers » de la Conquête de la Nouvelle-France).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Histoire des systèmes policiers en Europe