Systèmes policiers et espaces coloniaux

Responsables : Brigitte Marin et Emmanuel Blanchard

Participants :  Catherine Denys, Aurélia Dusserre, Quentin Deluermoz

Les systèmes policiers ont longtemps été appréhendés dans leur dimension nationale et à partir des circulations de modèles (Emsley 2007), liés aux grandes métropoles, sans que leur dimension impériale soit particulièrement questionnée. Or, la période d’émergence et de consolidation des polices dites modernes correspond aussi à celle où les grands empires coloniaux se reconfigurent autour de nouvelles formes de gouvernement laissant une place accrue à des instances administratives en partie inspirées de celles des métropoles. Cette extension géographique et thématique permet de mettre les concepts et les résultats principaux de l’histoire des polices (démilitarisation, spécialisation, professionnalisation, monopolisation…) à l’épreuve des terrains coloniaux (Blanchard, Deluermoz, Glasman 2011). Pour ce faire, la dimension impériale doit être étudiée dans la longue durée (18e-début 20e siècle), les territoires colonisés étant à la fois envisagés comme réceptacle et laboratoire de réformes et dispositifs policiers. Dès l’époque moderne, les empires espagnol et portugais, offrent un terrain d’enquête fertile pour saisir les mécanismes de transplantation et d’hybridation des réformes de police, initiées à Madrid (alcaldes de barrios) ou à Lisbonne (intendance de police) dans la seconde moitié du 18e siècle et mises à l’épreuve dans les sociétés coloniales. La prégnance de l’esclavage façonna des hiérarchies de populations incarnées dans des façons différenciées de contrôler, surveiller, punir ou rendre justice. Jusqu’au début du 20e siècle, le pluralisme policier est d’ailleurs une des marques des sociétés impériales où la monopolisation de la violence légitime par l’État est loin d’être achevée. Elle n’est d’ailleurs pas toujours un objectif dans des contextes où les marges d’autonomie d’unités militaires, de compagnies et autres concessions privées ont pour corollaire que les pouvoirs de police et de justice appartiennent pour partie à des administrateurs non spécialisés, en particulier dans les nombreuses régions où un Code de l’indigénat (Merle 2004) est venu légaliser des pratiques de surveillance et de coercition préexistantes. De nouvelles enquêtes archivistiques sur des terrains variés (Algérie, Argentine, Brésil, Hong-Kong, île Maurice, Inde, Nouvelle-Espagne…) doivent ainsi permettre de mieux mesurer la place des situations coloniales dans la construction de référentiel, d’organisations et de pratiques policières dont le renouveau de l’histoire des polices à l’époque moderne a montré à quel point ils étaient irréductibles aux processus d’industrialisation et d’affirmation étatique autrefois privilégiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Histoire des systèmes policiers en Europe