Archives par mot-clé : conditions de travail

Fermeture et déménagement des Archives de la Préfecture de Police

C’est l’historien Jean-Marc Berlière qui l’annonce dans sa dernière « Lettre aux amis de la police » : les archives de la Préfecture de Police vont bientôt fermer pour déménager au Pré Saint-Gervais, dans la banlieue est de la capitale. Réouverture prévue à l’automne…

Installées dans un étage du commissariat central du 5e arrondissement, les Archives Historiques de la Préfecture de Police étaient plus ou moins en sursis, depuis qu’une partie de ses locaux avaient été réaffectés aux services du commissariat du 13e arrondissement, victime d’un incendie cette année. Ces derniers mois, les lecteurs étaient accueillis dans une des salles du musée, reconvertie en salle de lecture provisoire, le tout fonctionnant bien grâce aux efforts des employés et des responsables du service d’archives, ce qui permettait de travailler dans des conditions « normales ».

Les informations précises sur le déménagement manquent encore. Il est certain que les recherches sur l’histoire de la police vont en pâtir, chacun devant remettre de quelques mois ses travaux projetés. Au moment où s’achèvent les perturbations liées au déménagement des Archives Nationales à Pierrefitte, voici un nouveau chantier qui commence, avec ses incertitudes. Sale temps pour l’histoire de la police….

Séminaire : Le temps de la police

Le temps de la police, Europe, 1750-1814

 

Université Laval, Québec, séminaire du CIEQ 

(centre interuniversitaire d’études québécoises),

Mardi 15 janvier 2013

 

 

Catherine Denys (Université de Lille 3, IRHIS UMR 8529)

 et

Vincent Milliot (Université de Caen, CRHQ UMR 6583)

 

 

            Officiers accablés de travail, esclaves des sommations incessantes liées à la préservation de la sûreté publique, ou bien, officiers adeptes d’un zèle modéré, absentéistes patentés, fainéants improductifs de profession : que fait la police ?

            Poser la question du temps de travail, de son organisation, de ses rythmes dans le cas de la police (des polices) d’Ancien Régime et du premier dix-neuvième siècle fait directement écho aux problématiques les plus récemment développées sur ce chantier, qui renvoient à l’étude des pratiques, à la lente spécialisation des tâches policières et à l’essor de formes de professionnalisation. Si une synthèse générale reste difficile pour un univers marqué par une très grande diversité de situations entre les villes, entre les corps et les institutions dotées de pouvoirs de police, un certain nombre d’observations et d’interrogations sont néanmoins possibles, dans le cas présent à travers les situations parisiennes et bruxelloises, de part et d’autre de la Révolution française.

            Conceptions doloristes du travail obligeant peut-être, on trouve un certain nombre de doléances au sujet de la surcharge de travail dont souffriraient les acteurs de la police. À l’inverse, d’autres observateurs insistent sur la médiocre assiduité et disponibilité de la police. Autre aspect de la lecture des moralistes : si la police est accablée de travail, c’est aussi parce que la grande ville devient ingérable et intrinsèquement perverse. Les deux discours contribuent sans doute à forger une image et à souligner une attente sociale : le « bon policier » se doit d’être disponible, à toute heure de la journée, et pour tous, ce qui peut supposer une évolution de la hiérarchie des tâches policières. Depuis les textes réglementaires et normatifs jusqu’aux archives de la pratique, peut-on reconstituer les formes d’organisation, les agendas et les rythmes du travail policier ?  Quels enjeux se nouent autour du temps de travail de la police ?