Archives par mot-clé : police

Police et Justice : le noeud gordien. Du temps des Lumières à l’État libéral (1750-1850)

POLICE ET JUSTICE : LE NOEUD GORDIEN Du temps des Lumières à l’État libéral (1750-1850) Colloque international sous l’égide de DAMOCLES (Unige) et de l’ANR SYSPOE. Avec le soutien de l’International Association for the History of Crime and Criminal Justice (IAHCCJ). 20-22 novembre 2014, Université de Genève

Comité d’organisation : Marco CICCHINI (Université de Genève), Vincent DENIS (Paris-I Sorbonne), Vincent MILLIOT (Université de Caen), Michel PORRET (Université de Genève) Comité scientifique : Livio ANTONIELLI (Università di Milano) ; Pascal BASTIEN (Université du Québec à Montréal) ; Jean-Marc BERLIÈRE (Université de Bourgogne/ CESDIP-CNRS) ; Frédéric CHAUVAUD (Université de Poitiers) ; Catherine DENYS (Université de Lille 3) ; Clive EMSLEY (The Open University) ; Paul FRIEDLAND (Gunzburg Center for European Studies, Harvard University) ; Donald FYSON (Université Laval, Québec) ; Karl HÄRTER (Max-Planck- Institute für europäische Rechstgeschichte) ; Anja JOHANSEN (University of Dundee) ; René LEVY (CESDIP-CNRS) ; Brigitte MARIN (Université Aix-Marseille) ; Alessandro PASTORE (Università di Verona) ; Xavier ROUSSEAUX (Université catholique de Louvain).

Appel à contribution Depuis le XVIIe siècle, en pratique comme en théorie, police et justice constituent deux modalités spécifiques de la pacification sociale, deux manières d’exercer la puissance souveraine, deux modes de gouvernement. Continuer la lecture de Police et Justice : le noeud gordien. Du temps des Lumières à l’État libéral (1750-1850)

Journée d’étude : L’action policière à Paris, du Moyen Age à la Révolution, 6 juin 2013

 

 

3èmesRencontres d’histoire de Paris

(Moyen Age et époque moderne)

Archives nationales

6 juin 2013

L’action policière à Paris : acteurs, espaces, résistances

du Moyen Age à la Révolution française

 

 

Centre Historique des Archives Nationales, 11 rue des Quatre Fils, Paris 3e

Salle d’albâtre

 

 

Organisation : Julie Claustre-Mayade (Lamop, Paris I) et Vincent Denis (CRHM, Paris I)

avec le soutien du LAMOP (UMR 8589), de l’IDHE (UMR 8533), de l’équipe Modernités et Révolutions (EA 127, Paris I), de l’Institut Universitaire de France, en association avec le programme Systèmes policiers européens (SYSPOE) de l’ANR.

 

 

9 h 30 :  Introduction : Julie Claustre et Vincent Denis

 

9h 50 : Marion Bernard (archiviste paléographe, conservateur du patrimoine stagiaire, INP)

 

Juridiction professionnelle, ordre public, sûreté : les enjeux de la libéralisation du commerce des armures à Paris au temps de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons.

 

10 h 15 : Julie Claustre (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, LAMOP)

 

Remarques sur les espaces policiers de Paris à la fin du Moyen Age

 

Pause

 

10 h 40 : Diane Roussel (Université de Reims, CREHIC)

 

A la poursuite de la police. Sécurité, ordre public et justice à
Paris au XVIe siècle

 

 

11 h 10 : Safia Hamdi (Université de Tunis)

 

Les officiers de la police économique de l’Hôtel de Ville de Paris sous le règne de Louis XIV: de la tutelle municipale à la tutelle royale

 

Discussion

 

 

14 h : Diego Carnevale (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, LabEx HASTEC, EA 127)

 

Les cimetières à Paris au XVIIIe siècle : problèmes de police, de santé et d’aménagement de l’espace urbain.

 

 

14 h 25 : Vincent Denis, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, EA 127, IUF)

 

Etre commissaire de police à Paris en Révolution (1790-1795)
14 h 50 : Jean-Christophe Balois (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IDHE)

 

La police du travail après la fin de la police du travail

 

 

Pause

 

15 h 30 : Vincent Milliot (Université de Caen-Basse Normandie, CRHQ)

 

Conclusions

 

Discussion générale

 

 

Soutenance de thèse : « Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public » : les inspecteurs de police parisiens, 1740-1789″

Rachel COUTURE, doctorante en co-tutelle Université de Basse-Normandie (UCBN)/ Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Directeurs de thèse : Pascal Bastien (UQAM) et Vincent Milliot (UCBN)

Soutiendra sa thèse à partir de 14h30 au département d’Histoire de l’UQAM

Pavillon J.-A. DeSève – Local DS-1950 – 320, rue Sainte-Catherine est

 

 

Vendredi 18 janvier 2013

« ‘Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public’ :

les inspecteurs de police parisiens, 1740-1789 »

 (2 volumes, 818 p.)

 

devant un jury constitué de

 

Mme Catherine Denys, Professeur en histoire moderne. Université de Lille 3 (rapporteur extérieur)
Mr Donald Fyson, Professeur, département d’histoire. Université Laval (rapporteur extérieur)
Mr Pierre Robert, Professeur, département des sciences juridiques. Université du Québec à Montréal
Mr Pascal Bastien, Professeur, département d’histoire. Université du Québec à Montréal (Directeur de thèse)
Mr Vincent Milliot, Professeur en histoire moderne. Université de Caen Basse-Normandie (Directeur de thèse)

Résumé :



L’étude des inspecteurs de police parisiens du XVIIIe siècle est négligée par l’historiographie, hormis par quelques travaux d’histoire traditionnelle qui en dressent un sombre portrait et d’histoire sociale des années 1980 qui l’abordent indirectement. Pour répondre à cette lacune, l’enquête se consacre à la compréhension de l’organisation de leur métier à compter de 1740, moment de la refondation de la compagnie, jusqu’en 1789, celui de sa dissolution. L’intérêt d’étudier l’évolution de son fonctionnement est manifeste dans un contexte de réorganisation policière au long cours, qui s’inscrit notamment dans la foulée de la création du guet (1666) et de la lieutenance de police (1667). L’histoire sociale et administrative de cette institution est structurée autour de trois pôles d’étude pour vérifier l’hypothèse de l’approbation grandissante des inspecteurs de police après 1740 suivant leur professionnalisation.

Primo, l’approche prosopographique des 80 inspecteurs de police en service entre 1742 et 1789 relève le resserrement des exigences professionnelles au moment de l’entrée dans le métier. Secundo, la normalisation des pratiques des inspecteurs de la sûreté, regardée sous l’angle de la spécialisation policière, témoigne de la consolidation de l’exercice du métier. Ainsi, la meilleure codification du protocole de travail et la clarification de la répartition des tâches avec d’autres agents du maintien de l’ordre harmonisent les rapports de ces derniers. Tercio, les mesures de légitimation déployées par les autorités montrent non seulement l’effort de reconnaissance sociale des inspecteurs de police, mais aussi sa meilleure acceptation par la population.

Mots clés : Police, Paris, XVIIIe siècle, Inspecteur de police, Sûreté, Professionnalisation

 

 

The study of 18th century Paris police inspectors is generally neglected by historians, other than a few traditional works of history that paint a dark picture as well as works of social history dating from the 1980s that approach the subject indirectly. To address this gap, this survey seeks to elucidate the manner in which the profession was organized, beginning in 1740, when the force was reformed, until 1789, when it was dissolved. The value in studying the development of its operations becomes evident when viewed against a backdrop of the long-term reorganization of the police force, which took place with the advent of patrols (1666) and police lieutenants (1667). The institution’s social and administrative history revolves around three areas of research, which seeks to verify the hypothesis

Firstly, the prosopographic approach to 80 police inspectors in service from 1742 to 1789 stems from the tightening of job requirements implemented at the time they entered the profession. Secondly, the standardization of safety inspector practices, viewed from the perspective of police specialization, attests to the consolidation of professional practice. As a result, relations improved among law enforcement officers in general due to better codification of the work protocol and the clarification of task distribution. Thirdly, the legitimacy measures implemented by the authorities demonstrated not only the effort to improve the social recognition of police inspectors but also their greater acceptance on the part of the population.

 

Paris en guerre d’Algérie : exposition

Paris en guerre d’Algérie

Exposition au Couvent des Cordeliers, rue de l’Ecole de médecine, du 7 décembre 2012 au 10 janvier 2013.

En cette année de 50e anniversaire des accords d’Evian, revenir sur les conséquences et les répercussions de la guerre d’Algérie a semblé utile et nécessaire, en diffusant auprès d’un large public les apports scientifiques d’historiens spécialistes de ces questions.
L’exposition intitulée « Paris en guerre d’Algérie » entend étudier sur un temps chronologique plus large que celui du conflit stricto sensu – 1953-1968 – les répercussions  du conflit entre la France et l’Algérie à l’échelle de l’ancien département de la Seine. Ce sera l’occasion de mettre en regard des expériences parallèles ou entrecroisées d’un conflit qui ne touche pas tous les  habitants de la région parisienne au même titre.

L’exposition s’appuie sur quelque 300 documents dont une cinquantaine d’originaux.
La collaboration des commissaires et des scénographes permet de monter une exposition vivante et graphique, mêlant photographies, journaux, documents officiels, diffusions sonores et imagées, avec de nombreux documents inédits, soulignant la multiplicité des sources existant sur cette période.

Les commissaires de l’Exposition :
Emmanuel Blanchard, historien et politiste, maître de conférences à l’université de Versailles – Saint-Quentin en Yvelines
Raphaëlle Branche, historienne, maîtresses de conférences à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Omar Carlier,historien, professeur à l’université de Paris 7 Denis-Diderot
Laure Pitti, sociologue, maitresse de conférences à l’université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis
Alain Ruscio, docteur es-lettre, historien indépendant
Sylvie Thénault, historienne, directrice de recherches au CNRS

Les scénographes :
Collectif Au fond à gauche

Informations pratiques :
Entrée libre
Lieu : Réfectoire des Cordeliers, 15 rue de l’Ecole de Médecine, Paris 6e
Dates : Du vendredi 7 décembre 2012 au jeudi 10 janvier 2013
Horaires : Tous les jours de 11 H à 19 H, Nocturne le jeudi jusqu’à 20 h 30
Sauf les lundis 24 et 31 décembre de 11 h à 17 h
Fermeture les 25 décembre et 1er janvier

Parution : Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles, Catherine Denys et Vincent Denis (dir.)

Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Catherine Denys et Vincent Denis, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 196 pages.

Les policiers furent les figures les plus visibles et les plus symboliques de la domination coloniale dont ils formaient le premier maillon. Au contact quotidien des populations, chargés des tâches les plus diverses, sous des dénominations très variables, ils jouaient cependant pleinement leur rôle dans la « mission civilisatrice de l’homme blanc ». Cet ouvrage entend montrer quelle fut leur contribution à l’émergence d’un nouveau mode de gestion colonial des populations, des années 1750 à la veille de la Grande Guerre.

De Buenos Aires à Sydney, en passant par Rio, Montréal, Bombay, Le Cap ou Batavia, du Suriname aux Indes néerlandaises, les contributions réunies ici retracent l’histoire des forces de l’ordre des empires coloniaux européens, l’intense circulation des pratiques, des conceptions policières et des hommes au sein des empires. Loin d’être la projection des structures des polices métropolitaines, les polices des territoires coloniaux ont été des terrains d’expérimentation, sans cesse adaptés aux contraintes matérielles et politiques des sociétés locales. A bien des égards, les colonies furent le laboratoire de la modernité policière, présentée comme une innovation des métropoles du 19e siècle.

Fruit d’une enquête collective, rassemblant douze études inédites de spécialistes internationaux, cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire de l’Etat et des empires coloniaux, ainsi qu’à celle des polices.

Avec les contributions de Maria Bicalho (Université Fédérale Fluminense, Rio de Janeiro), Emmanuel Blanchard (Université de Versailles Saint-Quentin), Marieke Bloembergen (KILTV, Leyden), Mark Doyle (Middle Tennessee State University, Murfreesboro), Donald Fyson (Université Laval, Québec), Diego Galeano, Erin Giuliani (Université du Queensland, Sydney), Richard Hill (Université Victoria de Wellington, Nouvelle-Zélande), Elaine Klinkers (KILTV, Leyden), Scott C. Spencer (Université de Virginie, Charlottesville) et Stefan Petrow (Université de Tasmanie, Hobart).

 

Sommaire

Catherine Denys et Vincent Denis : Introduction : Voyage à travers les expériences policières coloniales

Organiser les polices coloniales

Diego Galeano : Réformes de police et organisation de l’espace urbain à Buenos Aires, 1776-1856.

Stefan Petrow : Bagnards ou hommes libres : la police en Terre de Van Diemen, 1847-1858.

Ellen Klinkers : Mutations policières dans une société en mouvement : l’émergence d’une force de police au Suriname, 1863-1900 :

Richard Hill : Adaptation et autochtonisation : application et raffinement des méthodes policières impériales dans la colonie de Nouvelle-Zélande, 1840-1907.

Marieke Bloembergen : Par peur et sens du devoir. La surveillance policière : un problème inédit pour les autorités coloniales des Indes néerlandaises, 1870-1900.

Transferts et réseaux policiers impériaux

Donald Fyson : La police au Québec, 1760-1878 : des modèles impériaux dans une colonie nord-américaine.

Maria Fernanda Bicalho : L’Intendance Générale de Police de la ville de Rio de Janeiro, capitale de la Monarchie et de l’Empire Portugais, 1808-1820.

Mark Doyle : « Il faut que le feu soit immédiatement efficace » : la répression des émeutes en Irlande et aux Indes à l’époque coloniale.

Erin Giuliani : Surveillance policière et technologies d’identification dans les colonies des Nouvelles Galles du Sud et du Queensland, 1880-1903.

Scott Spencer : Les policiers de l’Empire : le Constabulary d’Afrique du Sud, la Police montée du Nord-Ouest canadien et les réseaux policiers de l’Empire britannique, 1895-1914.

Conclusion

Emmanuel Blanchard : Les forces de l’ordre colonial, entre conservatoires et laboratoires policiers (XVIIIe-Xxe siècles).

Parution : Catherine Denys (dir.), Circulations policières, 1750-1914

Catherine Denys (dir.), Circulations policières, 1750-1914, Presses Universitaires du Septentrion, 2012.

208 pages, 22 €

Comment améliorer « sa » police ? En regardant ce qui se fait « ailleurs » ; en l’adoptant, parfois. À rebours des historiographies nationales, ce livre fait découvrir l’histoire méconnue des circulations internationales des polices en Europe et à travers l’Atlantique. Il donne à voir les passeurs qui les animent comme les modèles qui se construisent dans les échanges, les transferts, les rejets ou les adaptations des systèmes policiers. Depuis l’Anglais Mildmay révélant le fonctionnement de la police parisienne en 1763 jusqu’à l’Américain Fosdick enquêtant sur la police des capitales européennes en 1913, des observateurs voyagent, étudient et décrivent les polices étrangères. Des administrateurs imposent des réformes justifiées par la supériorité supposée de ces polices voisines, d’autres les refusent énergiquement. Le débat sur la police déborde les limites des États. Neuf études de cas, de Buenos Aires à Paris, de Lisbonne à Rome, de Londres à Berlin, de Bruxelles, Genève ou New York, illustrent la richesse de cette histoire connectée des polices entre Ancien Régime et coopération moderne des polices contemporaines.

Introduction de Catherine Denys, contributions de Vincent Denis, Diego Galeano, Ilsen About, Catherine Denys, Paul Lawrence, Anja Johansen, Flavio Borda d’Agua, Vincent Fontana, Chiara Lucrezio Monticelli.

Table des matières disponible au lien suivant (site éditeur) :

http://www.septentrion.com/livre/?GCOI=27574100997770

Crise urbaine, crise sociale, crise des polices ?

 

Crise urbaine, crise sociale, crise des polices ?

European Association of Urban History, Prague, 1er septembre 2012

Session organisée par Chiara Lucrezio Monticelli (Roma 3), Vincent Milliot et Vincent Denis.

Compte-rendu

Cette session fait retour sur un thème classique de l’étude des sociétés urbaines, celui de « crise urbaine », tout en le soumettant à un nouveau questionnaire, fondé sur les développements récents de l’historiographie des forces de l’ordre et de la police. Il s’agissait de s’interroger sur les relations qui peuvent exister entre les transformations urbaines et l’histoire des forces de police, chargées à divers titres du bon ordre dans la cité, de la seconde moitié du XVIIe siècle aux bouleversements de l’âge industriel, marqués par les transformations accélérées et parallèles des formes de police et du cadre urbain. Le thème de la « crise » de la ville renvoie bien sûr au discours et aux perceptions des contemporains sur la ville, et souvent à une crise symétrique de leurs propres catégories d’analyse. Mais les villes peuvent aussi connaître des mutations accélérées génératrices de tensions et de désordre, nourrissant le constat d’un dysfonctionnement, de pathologie ou d’anomie, qui peuvent être de plusieurs ordres : tout ce qui touche à la circulation des hommes et des biens, qui peut être trop intense – dans le cas de l’immigration ou de l’épidémie – ou insuffisamment fluide – avec l’approvisionnement et les subsistances. S’y ajoutent les dynamiques à travers lesquelles se recomposent les rapports entre les groupes sociaux, défaisant les solidarités traditionnelles ou nourrissant les antagonismes entre eux. Le cadre matériel urbain peut lui-même subir des phénomènes d’extension, de densification, de prolifération de nuisances – sonores, olfactives, sanitaires – qui le rendent inhospitalier, insalubre ou insupportable à ses habitants ou aux observateurs. On voulait ici articuler l’étude de ces questions à celle de l’histoire de la police. D’un côté, il s’agissait de relier plus étroitement l’histoire des organismes policiers à celle du cadre social et matériel de la ville dans lequel elle s’inscrit. D’un autre côté, la littérature historique sur la « crise » des villes a rarement pris en compte le rôle des agents de la police dans ces situations paroxystiques, portant l’analyse sur l’assistance, les infrastructures, les autorités politiques locales, les conditions socio- économiques. Or les institutions policières demeurent des acteurs majeurs du bon gouvernement des cités, dans le maintien quotidien et routinier de la tranquillité publique, le règlement des litiges, la coexistence entre les groupes sociaux, dont il convient d’évaluer la juste place et la contribution à ces phénomènes. En outre, on peut s’interroger sur les implications du passage d’une conception englobante de la police, chargée d’assurer le « bonheur des hommes en société », appliquée au contexte des gouvernements citadins, à une conception progressivement plus centrée au cours du XIXe siècle sur des considérations de maintien de l’ordre, déclinées en tâches de plus en plus spécialisées qui font le lit de la professionnalisation des acteurs de la police. A partir de ce double questionnement, trois grandes séries de thèmes peuvent être envisagées, de la seconde moitié du XVIIe siècle jusqu’à la Première Guerre Mondiale.

• Les discours de la « crise urbaine » viennent justifier les transformations des institutions policières. La dénonciation de l’insécurité, des périls imminents, de l’inadéquation ou des insuffisances des structures policières existantes, est le préalable à des réformes des dispositifs policiers locaux, parfois radicales, parfois inabouties, dont les exemples fameux sont les mutations policières de Paris (1667) et de Londres (1829). Il apparaissait ici pertinent de faire retour sur ces épisodes « réformateurs » que d’autres villes ont pu connaître en Europe, confronter discours et pratiques, analyser le rôle que peut jouer le diagnostic de la crise dans la réforme policière et révéler les enjeux politiques et sociaux des mutations policières.

• Les multiples transformations, brutales ou exacerbées, de la ville suscitent des réponses de la part des autorités urbaines. Quelles mutations de l’administration policière induisent-elles ? De quelles manières la police et ses agents évoluent-ils face aux transformations brutales du cadre matériel de la ville, son expansion spatiale, la rupture et la recomposition des solidarités, l’accroissement des inégalités, des compétitions ou des tensions entre les groupes sociaux qui la composent, la paralysie de ses organes de gouvernement? Il s’agissait ici de sortir de la chronologie brève des épisodes réformateurs pour interroger des processus, des dynamiques de recomposition au long cours qui peuvent s’inscrire en aval ou en amont, en appréciant aussi l’impact que peuvent avoir certains événements traumatiques localisés dans l’évolution des dispositifs policiers. La typologie des villes, la nature et le rythme des transformations qui les affectent, la variété des dispositifs destinés à assurer le bon ordre en leur sein méritent d’être pris en compte en distinguant la situation des villes capitales ou de vastes métropoles, des villes portuaires ou en situation frontalière, des villes à l’essor manufacturier notable et accéléré.

• La ville en crise est aussi le miroir de polices en crise. Dans quelle mesure la crise des polices peut-elle nourrir à son tour la crise urbaine ? Loin d’être les ensembles harmonieux et disciplinés à la croissance régulière que leurs responsables aiment à présenter aux observateurs extérieurs, les polices urbaines sont des organismes divisés, dont les acteurs et les groupes qui les composent sont en lutte et tentent de faire prévaloir leurs intérêts, tout en devant répondre à leurs autorités de tutelle et à une demande sociale. Les polices ont elles- mêmes pu être confrontées à des conflits internes ou à des mutations accélérées, à l’introduction de nouvelles pratiques ou normes, à des demandes pressantes qu’elles ne peuvent satisfaire.

 

 Communications présentées

 

POLICING EIGHTEENTH-CENTURY BRISTOL: TAMING THE CHAOTIC CITY

Matt Neale (University of Leicester, Centre for Urban History)

 

POLICE AND DANGEROUS URBAN CLASSES: CULTURE AND PRACTICE OF PUBLIC ORDER IN THE CITIES OF NORTHERN ITALY AFTER NATIONAL UNITY (1861-1880)

Simona Mori (Università degli studi di Bergamo)

 

EXTENSION URBAINE, MIGRATIONS ET MAINTIEN DE L’ORDRE. LA RÉFORME DE LA POLICE DES PORTS À MARSEILLE DANS LA SECONDE MOITIÉ DU XIXE SIÈCLE

Céline Régnard (Université d’Aix-Marseille/ Telemme)

 

LE PALAIS INCENDIÉ, LA PLÈBE DÉCHAÎNÉE. LES MUTATIONS DE LA POLICE DE MEXICO APRÈS LA GRANDE ÉMEUTE DE 1692

Arnaud Exbalin (Université d’Aix-Marseille, TELEMME)

 

CRISE URBAINE ET INSTITUTIONNALISATION DE LA POLICE: LE CAS DE LISBONNE APRÈS LE TREMBLEMENT DE TERRE DE 1755  

Flavio Borda d’Agua (Université de Genève)

 

HARMONISER LA SURVEILLANCE POLICIÈRE URBAINE ET RURALE ? LA RÉVOLUTION GENEVOISE ET L’IMPOSSIBLE RATIONALISATION ADMINISTRATIVE (1792-1798)

Vincent Fontana (Université de Genève)

 

POLICES ET CRISES POLITIQUES À PARIS, 1848-1871

Quentin Deluermoz (Université Paris 13/Nord)

 

Les textes des communications seront prochainement mis en ligne.