Sociabilités en révolutions au XVIIIe siècle

SOCIÉTÉ CANADIENNE D’ÉTUDE DU DIX-HUITIÈME SIÈCLE

EIGHTEENTH-CENTURY SCOTTISH STUDIES SOCIETY

Congrès annuel 2014

Sociabilités en révolutions au XVIIIe siècle

15-18 octobre 2014, Hôtel Delta Montréal, Québec

 http://csecs2014.uqam.ca/fr/programme.html>

 

Samedi 18 octobre, 10h-12h30

 RÉFORMES POLICIÈRES ET SOCIABILITÉ URBAINE AU TEMPS DES LUMIÈRES / POLICE, POLICING AND URBAN SOCIABILITY IN THE ENLIGHTENMENT

Président/Chair:Jeffrey Ravel (Massachussetts Institute of Technology)

 

 
Bruno Belhoste (Université de Paris Panthéon-Sorbonne), « La condamnation du mesmé-risme en 1784 : une affaire de police?»

Au cours de l’été 1784, l’Académie des sciences, la Faculté de médecine et la Société royale de médecine, consultés par le pouvoir royal, prononcent la condamnation du mesmérisme. Les raisons en sont d’abord médicales et scientifiques. Pour les commissaires chargés de l’enquête, le fluide magnétique n’existe pas et les prétendues guérisons ne sont que le fruit de l’imagination. Mais d’autres raisons expliquent également l’hostilité des autorités vis-à-vis d’un mouvement surveillé de près et qui connaît alors un véritable engouement. Un réseau organisé de sociétés mesmériennes se forme à travers la France et jusqu’aux colonies pour diffuser la doctrine et la pratique du magnétisme animal.

Le mouvement combine les formes traditionnelles de la sociabilité maçonnique avec celles des sociétés philanthropiques, des musées et des sociétés de pensée qui se multiplient dans la dernière décennie de l’Ancien régime, suscitant l’inquiétude grandissante des autorités. A Paris, la Société de l’harmonie universelle, présidée par Mesmer, réunit les plus hauts personnages de la cour et de la ville, qui ont souscrit pour connaître les secrets du médecin viennois. Les cures magnétiques provoquent des manifestations spectaculaires d’hystérie, des crises, des convulsions, des états de somnambulisme et de prophétisme, jugés ridicules et indécentes. Un rapport secret de l’Académie des sciences, rédigé par Bailly, dénonce ainsi le danger du magnétisme animal pour les mœurs.

Finalement, le mesmérisme est traité par le gouvernement comme une affaire de police. Combinant action répressive, intimidation et habile communication, il réussit, avec l’appui des autorités scientifiques et médicales, à briser le mouvement en quelques mois. Dans cette communication, on examinera principalement les motivations du gouvernement et les moyens diversifiés utilisés pour parvenir à ses fins.

Marco Cicchini (Université de Genève), « Cercles, cafés et théâtres sous l’oeil de la police : actions policières et mutations de la sociabilité à Genève au XVIIIe siècle»

Apparus dans les premières décennies du XVIIIe siècle genevois comme lieux de sociabilités aux fonctions variées (convivialité, commensalité, jeu, politique, etc.), les cercles suscitent un engouement général et se multiplient rapidement au point d’inquiéter les gardiens de la morale religieuse de la République de Genève dès les années 1740 (Consistoire), puis de l’oligarchie dirigeante qui les dénoncent comme des lieux de sédition. En 1782, les cercles sont interdits au profit de la sociabilité des cafés et surtout du théâtre, espaces de rencontre publics, ouverts et soumis à une réglementation urbaine spécifique. Inscrites dans un siècle où les tensions politiques et sociales font rage, les mutations de la sociabilité à Genève reposent sans aucun doute sur des visions antagonistes du « vivre ensemble » (selon l’expression d’un édit de 1782), mais elles sont en même temps indissociables de l’évolution des conceptions et des pratiques de surveillance qu’échafaudent au même moment les responsables de l’ordre urbain.

Ainsi, plutôt qu’une description figée des formes de sociabilité, il convient de s’interroger sur les dynamiques sociales et politiques qui les constituent comme telles, notamment à partir des dispositifs que les autorités déploient pour les contrôler ou les réguler. Loin d’être de simples « réactions » à des modalités particulières de réunion, les dispositifs de contrôle et les conceptions qui les sous-tendent orientent et déterminent les sociabilités elles-mêmes, puisqu’il s’agit de rendre possible, voire de favoriser, des modes d’association plus ou moins transparents et plus ou moins gouvernables du point de vue des autorités. L’imparfaite surveillance des cercles autant que les effets supposés de ces réunions sur la vie politique contribue ainsi à favoriser l’implantation de formes de sociabilité soumises à une économie de la relation sociale fondée sur la visibilité, tels que les cafés et les théâtres. Il s’agit de se réunir au vu et au su de tous, et en premier lieu des agents du contrôle de l’espace urbain. Cette exigence de transparence de la sociabilité urbaine est sans doute à mettre en lien avec les difficultés que rencontrent les autorités genevoises dans le déploiement d’une surveillance secrète, continue et permanente, de lieux de rencontre qui reposent sur la fermeture du groupe et la discrétion. Dans cette communication, il s’agira donc d’identifier les divers acteurs et moyens du contrôle selon les formes de la vie associative, depuis les informateurs anonymes des cercles jusqu’aux soldats de piquet à l’entrée des théâtres, afin de questionner les imbrications possibles, les points de convergence ou de distanciation entre les mutations de la sociabilité et les transformations des pratiques policières.

Laurence Croq (Université Paris-Ouest Nanterre), « Les recompositions des sociabilités des bourgeois parisiens au XVIIIe siècle»

A la fin du XVIIe siècle, la sociabilité des bourgeois parisiens s’inscrit dans un cadre fortement territorialisé et incorporé. L’élection des bourgeois mandés à l’Hôtel de Ville comme celle des marguilliers des paroisses rassemblent régulièrement les nobles et les bourgeois d’un même quartier. La police ressort aussi partiellement de la démocratie corporative : la gestion des boues et lanternes est assurée par des assemblées tenues chez des magistrats (Bourgeois-Gavardin), les commis-allumeurs sont élus dans des assemblées convoquées par un commissaire de police (Herlaut). Ces structures de voisinage sont complétées par une sociabilité locale informelle, les bourgeois et les hommes du peuple se retrouvent dans les cabarets proches de leur domicile (Garrioch). Les activités des institutions urbaines comme la Ville, le consulat, le Châtelet, les cours souveraines, les corps de métiers… amènent l’élite de ce milieu à nouer des liens en dehors de ce cadre local. Les notables, élus par leurs pairs (échevins, gardes de communautés, consuls et juges consuls, bâtonniers…), construisent leur valeur sociale également au niveau central, leurs enfants deviennent des financiers ou bien intègrent les cours souveraines. La bourgeoisie est fortement attachée à son autonomie.

Au XVIIIe siècle, plusieurs facteurs contribuent à affaiblir les sociabilités de voisinage et corporatives. La crise janséniste, dont la police tente vainement de limiter les diverses manifestations (assemblées au cimetière Saint-Médard, réunions de convulsionnaires…) déborde largement du cadre local. L’accroissement de la mobilité grâce aux fiacres et autres carrosses (Roche) se conjugue avec la diminution du nombre des réunions locales : après 1750, aucune fonction de police n’est assurée par la participation collective des habitants. Les loges maçonniques se multiplient, tandis que les cabarets de quartier n’attirent plus que les gens du peuple. L’horizon de vie de la majorité des bourgeois s’est ainsi élargi à la capitale.

Dans le même temps, ce groupe social est travaillé par les tensions entre le parlement et le pouvoir central. Une partie des bourgeois restent des notables, soutenant les revendications parlementaires contre le despotisme ministériel (Hardy). Les autres aspirent à une réforme politique profonde, ils se détournent des fonctions exercées par une large cooptation (garde des communautés, consuls). Ils sont nombreux à l’échevinage qui se rapproche de la police du Châtelet à la fois dans les modalités de son action et dans son recrutement : des commissaires de police, absents de l’Hôtel de Ville depuis la fin du XVIIe siècle, deviennent édiles à partir des années 1770. L’horizon social de ces hommes se détourne des idéaux d’autonomie urbaine et corporative pour se tourner vers les ministères et la cour.

Vincent Milliot (Université de Caen Basse-Normandie), «Du “chef d’oeuvre de l’esprit humain” à la “pépinières d’espions et de délateurs”:la police du Châtelet et les sociabilités parisiennes au XVIIIe siècle»

« Je n’eusse pas fait usage d’autres mesures d’espionnage, si dans les dernières années de mon administration, il ne fût survenu des changements dans les principes, dans les mœurs et dans la société ». C’est ainsi que dans ses Mémoires, l’ancien lieutenant général de police Lenoir associe le perfectionnement de la surveillance policière – cet « espionnage généralisé » que dénoncent les pamphlétaires au début de la Révolution – à la transformation accélérée dans les années 1780 des pratiques de sociabilité : multiplication des maisons publiques, des clubs et autres assemblées « réputées illicites » au détriment de la fréquentation des « maisons de bonne compagnie ». Alors que les contempteurs du despotisme policier ne voient en 1789 dans la machine administrée par le lieutenant général qu’une pépinière d’espions, corps étranger à la population de la capitale,  Lenoir insiste au contraire sur le caractère ordinaire de ces « mesures de sûreté » qui mobilisent de longue date des auxiliaires naturels, des personnes « dont la condition et la profession étaient dépendantes … de la police ». L’effort de recrutement entrepris en direction de milieux neufs et sa diversification illustrent au fil du temps la nécessité d’adapter les manières de faire de la police à l’évolution des cadres, des formes, des espaces et des lieux de la sociabilité urbaine.

Au-delà d’une légende noire dont il importe de se déprendre, il convient de s’efforcer de comprendre cette « généralisation de l’espionnage » comme étant un aspect de la construction d’un véritable système d’information, mis en œuvre par une police dont les rouages se spécialisent et se professionnalisent. Il vise à mieux contrôler un organisme urbain, de plus en plus opaque et insaisissable du fait de l’accélération des mobilités, de la croissance démographique et des flux migratoires, de la lente altération des formes traditionnelles de régulations communautaires, de l’explosion des formes publiques de rencontre, d’expression et de débats. Ce système d’information mobilise diverses catégories d’informateurs, dont la police s’efforce de spécifier les caractères et les modes de recrutement, catégories adaptées à des types  et à des lieux de sociabilités, comme à leurs publics ou aux délits que l’on entend réprimer. Difficiles à appréhender dans les archives de manière systématique, leurs profils et leurs parcours signalent diverses modalités de collaboration entre police et population, des plus traditionnelles aux plus récentes à la légitimité incertaine, des mieux acceptées aux plus critiquées.  Mais loin de se limiter à accompagner l’action répressive de la police, un tel système comprend également un versant préventif. Son fonctionnement dessine les fluctuations de marges de tolérance, les espaces possibles de négociation, voire les tentatives d’instrumentalisation par la police du débat public et des nouvelles formes de vie associative.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.