Archives de catégorie : Billets

Test : le nouveau site des Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine

Les séries des Archives Nationales  postérieures à 1789 ont déménagé récemment du Marais dans un nouveau bâtiment situé à Pierrefitte-sur-Seine (Seine Saint-Denis), dans la banlieue de Paris. Par l’importance de l’investissement qu’il représente de la part des pouvoirs publics, celle des archives qu’il contient (essentielles aux historiens de la Révolution jusqu’au XXe siècle), les critiques et les polémiques que suscitent ce genre de grand équipement en France, le rôle qu’il est finalement appelé à jouer pour les historiens français et étrangers, le nouveau site des Archives Nationales suscitait une certaine anxiété. Répond-il aux attentes de la communauté historienne et à celles des chercheurs professionnels qui doivent venir régulièrement y travailler ?

J’ai commencé à me rendre régulièrement ces derniers jours à Pierrefitte,  ayant préféré attendre le passage de l’inauguration et les inévitables petits ajustements nécessaires après l’ouverture du bâtiment au public, probablement comme beaucoup de mes collègues, à en juger par la fréquentation assez modeste des lieux.

Tout d’abord, divine surprise : en sortant du métro, au terminus de la ligne 13, à Saint-Denis Université, le bâtiment est à quelques dizaines de mètres. Il est situé exactement en face des locaux de l’Université de Paris VIII, et représente une vraie chance pour les professeurs et les étudiants, pour peu qu’ils s’en saisissent. Il suffit de traverser la rue et de passer un portail pour accéder aux Archives.

De la rue, première impression du bâtiment : c’est une très belle réalisation architecturale, d’un niveau très largement supérieur au CARAN rue des Quatre-Fils. Une série de plate-formes posées sur des grandes cubes vitrés font face au visiteur, qui accède à l”imposant édifice par une sorte de glacis qui ménage une belle perspective. Le dépôt lui-même est un énorme parallépipède de couleur blanche, que l’on devine derrière la façade vitrée.

A l’intérieur, l’impression esthétique se confirme. Toutes les salles pour le public sont installées au rez-de-chaussée, de plain-pied, auxquelles on accède sans détour, en quelques pas. L’espace a été enfin bien conçu, une sorte d’anti Bibliothèque Nationale de France, en quelque sorte. L’impressionnante hauteur sous plafond, les parois entièrement vitrées, à l’intérieur et entre les différentes salles, les matériaux modernes et clairs (acier, bois clair, murs blancs) laissent ainsi largement entrer la lumière, même dans la grisaille de ces derniers jours de février à Paris.

Le lecteur qui connaît le CARAN ne sera pas trop dépaysé. L’organisation générale a été conservée, avec une salle des inventaires (où se trouvent tous les instruments de recherche des séries modernes), une salle de lecture où se trouve le guichet de liaison et les postes pour commander les documents.

Les vrais avantages se dévoilent alors. Le temps de livraison des documents commandés le jour même est d’environ 45 minutes – une heure, maximum. Le quota de consultation a été doublé. Chacun peut consulter 5 documents en commande le jour même, plus 5 documents réservés à l’avance. Autrement dit, il est enfin possible de consulter jusqu’à 10 cartons ou registres le même jour, et le fameux et maudit quota des “cinq articles” a enfin sauté. Notons que la même règle s’applique également au vieux site du CARAN rue des Quatre-Fils, dans le Marais, où les spécialistes de l’Ancien Régime, du Moyen Age et des archives notariales peuvent aussi consulter jusqu’à 10 documents. Voilà autant de bonnes raisons de revenir aux archives, à Pierrefitte ou à Paris.

Autre progrès notable : sur le terminal de commande, on peut suivre en temps réel comme à la BNF l’état de ses commandes et l’arrivée (ou pas) des documents.

Un mauvais point, à souligner et bon à savoir : il n’y a pas encore de lecteurs de microfilms. Et il semble qu’il faille devoir attendre jusqu’à juin. Pour l’instant les microfilms sont tous restés au CARAN, dans le Marais, et c’est là qu’on peut les consulter, quelque soit la série demandée.

Autre problème, à mon avis : internet. Apparemment les postes de travail sont reliés à un réseau, avec des câbles apparents, mais celui-ci ne fonctionne pas encore. Affaire à suivre…  De même une partie des sanitaires étaient inutilisables ces derniers jours, en raison de malfaçons.

Le personnel se montre attentionné et aimable. On sent que l’inauguration a redonné un peu de souffle à une institution que l’on savait en crise. L’accueil s’est vraiment amélioré et on ne peut que s’en féliciter.

Ajoutons à cela un vrai espace pour se restaurer, se détendre ou discuter, dans une vaste salle bien orientée, avec le mobilier adéquat : chaises et tables de différents types, jusqu’à d’amusants bancs et fauteuils en forme de cubes colorés qui semblent des jouets géants nonchalamment abandonnés par un enfant. A l’extérieur, une vaste terrasse au soleil, bordée par une pièce d’eau, attend les chercheurs pour leurs pauses des beaux jours. Espérons qu’elle sera bientôt ouverte…

Sur le plan pratique, c’est moins le bâtiment que le quartier où il se trouve qui peut rebuter. Il n’y a pratiquement rien pour se restaurer (à moins d’aller au restaurant universitaire en face). Dans l’espace “détente”, un prestataire privé vend sandwiches et salades, ainsi que des boissons, mais cela risque d’être assez monotone et ce n’est pas très bon marché. Il peut être plus simple d’aller en métro à la station suivante, Saint-Denis Basilique, dans le centre historique de la ville, où l’on trouvera sans problème des brasseries et des restaurants, autour de la mairie et en face de l’entrée de la basilique.

Le principal désagrément reste celui, bien connu des Parisiens, lié à la ligne 13 du métro qui dessert le site. La ligne est la plus fréquentée de Paris, notamment entre les gares Montparnasse et Saint-Lazare, et le trajet est fort long entre le centre de Paris et le terminus St Denis Université : 30 minutes depuis la rive gauche. Aux heures de pointe, le trajet peut être un peu éprouvant. Malheureusement, aucun progrès ne se profile à l’horizon avant de longues années. Peut-être un nouveau moyen de desserte sera-t-il inauguré un jour, comme un prolongement du tramway T 1 depuis Saint-Denis centre, qui permettrait de venir en RER depuis Châtelet  jusqu’à Saint-Denis et de délester la ligne 13.

Enfin, pour tous ceux qui ne connaissent pas encore Saint-Denis, ce sera l’occasion de découvrir ou de redécouvrir une ville particulièrement originale. Certes, c’est une commune située dans le département le plus pauvre de France, mais aussi la ville la plus importante demeurée communiste depuis plus de 90 ans, un haut lieu de l’histoire de l’industrie aux 19e et 20 siècles, le siège de la nécropole des rois de France avec ses magnifiques vitraux imaginés par Suger et ses curiosités (on peut voir le coeur d’Henri IV, momifié…). Un remarquable parcours historique permet de découvrir la ville, depuis ses vestiges carolingiens jusqu’au Stade de France et aux canaux. C’est un endroit fascinant pour un historien et tous ceux qui s’intéressent à la France.

Reste un problème majeur, que le déménagement sur le site de Pierrefitte n’a pas pas résolu : celui de la réduction des horaires d’ouverture des Archives Nationales, l’heure de la fermeture étant passée il y a quelques années à 16h 45. Dommage qu’un aussi beau bâtiment ferme aussi tôt, d’autant qu’il est relativement éloigné des chercheurs. Les pouvoirs publics auraient pu aller au bout de l’effort consenti pour les Archives et rajouter les quelques postes qui auraient permis de rétablir des horaires d’ouverture plus dignes d’un centre d’archives destiné à devenir un lieu majeur de la recherche historique.

 

Histoire de l’Etat monarchique : conférences de James Collins à Paris, mars 2013

L’Etat monarchique vu des Etats-Unis : leçons de James Collins (Georgetown) au Collège de France, 5, 12, 19 et 26 mars 2013

James Collins sera à Paris en mars pour une série de leçons sur la monarchie française et l’histoire de l’Etat en France. Spécialiste de ces questions, James Collins a notamment travaillé sur la révolte de Bretagne (1675), et publié une des rares synthèses sur l’Etat monarchique français à l’époque moderne. Destinées à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire socio-politique de la monarchie, certaines de ses leçons touchent plus particulièrement à des domaines en rapport avec l’histoire de la police. Une des conférences reviendra sur la question de la mobilité et la formation de l’Etat à l’époque moderne.

 

5 mars 2013)        La République et l’État en France, 1360-1740

“La respublique françoyse” est une invention du roi Charles V et de
ses contemporains.  Suite aux bouleversements politiques des années 1350 et des traités de Brétigny et de Calais, le “sage roi”, ses
légistes, des philosophes, comme Nicole Oresme, et les citoyens
doivent protéger l’intégrité territoriale du royaume.  S’emparant du
vocabulaire des États de 1356-1357, les ordonnances royales parlent du “bien de la chose publique” ; mais aussi du respect du ressort et de la souveraineté royale (dans un sens tout autre que celui de Bodin). Nous essayerons d’analyser quatre moments-clés de l’évolution de cette “respublique françoyse” et de l’État qui l’a remplacée vers 1600: lanaissance de cette « respublique » (1355-1405) ; la Guerre du Bien Public (1465) ; le règne d’Henri IV ; et l’apogée de l’État sous Louis XIV.  En guise de transition avec la deuxième conférence (12 mars), nous aborderons la question de la renaissance du bien public, sous Louis XV, dans une forme toute autre que celle du XVIe siècle.

12 mars 2013)     La culture politique en France, 1640-1757

Comment peut-on parler d’une culture politique en France pendant les règnes de Louis XIV et de Louis XV?  Nous possédons une source
extraordinaire, qu’on peut utiliser comme fil conducteur: les discours de réception [et les réponses] à l’Académie Française.  Nous pensons que la vie politique est restée dans l’ombre sous le Roi Soleil, mais
les discours des “Immortels”, si on les lit de près, présentent une
autre optique.  Les discours de la fin du règne (vers 1690-1715)  ne
ressemblent guère à ceux des années 1660, 1670 et 1680.  La
comparaison du discours de Fénelon avec sa lettre secrète à Louis XIV, par exemple, montre clairement la flexibilité du nouveau critique de Louis XIV.

19 mars 2013)        Hit the Road, Jacques

En 1990, Jacques Revel, alors rédacteur des Annales, m’écrivit qu’un
article que j’avais soumis à cette revue avait suscité le débat le
plus âpre de l’histoire du comité de rédaction. En fin de compte, le
comité l’a refusé et je l’ai publié l’année suivante, dans le Journal
of Social History (1991) :  “Social and geographic mobility in early
modern France”.  Dès la parution de cet article, des collègues
français, surtout Alain Croix et Jean-Pierre Poussou, ont soutenu une controverse autour de la question « mobilité-sédentarité » dans la société de la France moderne.  La documentation de base des
Annalistes, soulignant  une société immobile, était l’état civil, et
surtout les taux d’endogamie.  Mais si l’on interrogeait d’autres
sources – rôles d’impôts, registres de translation de domicile
[Normandie; Champagne],  recherche des feux [Bourgogne] – quelle
serait la réponse?  Foucault a souligné la rupture qui existe à
l’époque moderne entre des descriptions de la société par des élites
modernes mettant en avant la mobilité, dont ils ont peur, et la
réalité d’une société immobile.  Il se sert, bien entendu, des données
des meilleurs spécialistes de son temps: les Annalistes.  Mais si les
Annalistes avaient tort ?  Si la France moderne avait vraiment été une société mobile, comme le disait des élites de l’époque, que faire
alors de l’analyse de Foucault sur la naissance de la société
répressive ?

26 mars 2013)        “L’absolutisme” : la critique anglophone

Dans le monde anglophone, une nouvelle génération des modernistes
croit que l’image de “l’absolutisme” des “Revisionists” – Beik,
Campbell, Collins, Hamscher, Kettering, Mettam, Parrott, et alia –
constitue le paradigme en vigueur.  Quelques-uns parmi eux, au moins en Amérique du Nord, veulent construire un nouveau paradigme rendant compte de l’absolutisme. [Breen ; Chapman ; Dee ; plusieurs autres] Au Royaume-Uni, personne ne parle plus de “l’absolutisme”: Guy Rowlands insiste, par exemple, sur la “monarchie dynastique”.  En France, en revanche, les spécialistes n’ont jamais abandonné le paradigme de
“monarchie absolue” ou même d’absolutisme.  Peut-on réconcilier ces trois modèles de la monarchie des Bourbons ?

Place:  Amphithéâtre Maurice Halbwachs. 11, place Marcelin-Berthelot,
75005 Paris
Time:  5, 12, 19, 26 mars 2013, 11h00.

Book review : Gendarmes and policemen on the peripheries of Napoleon’s Empire

Review :

Aurélien Lignereux,

Servir Napoléon : policiers et gendarmes dans les départements annexés de l’Empire, 1800-1814″

Editions Champ Vallon, Seyssel, collection “Epoques”, 2012

30 €

The history of the French Empire has been slowly, but surely reviving in France for the last few years. This latest study by Aurélien Lignereux is a sign of this vitality and also an attempt to create a new dialogue between the French historiography of Napoleon and a history that has been predominantly written outside France, for the last decades, in Great-Britain, in the US, in Italy, or in the Netherlands.

Aurélien Lignereux, who also recently published a new synthesis on the French Empire in the prestigious “L’Univers Historique” series for Le Seuil, is a recognized specialist of the gendarmerie in France, from the Directoire to the first decades of the 19th century,  a subject on which he wrote two books, focusing on the rebellious incidents against the gendarmes in Napoleonic France, and their socio-political significance.

This new study is devoted to a forgotten continent (in the French historiography),the presence of the Napoleonic State in the so-called “départements réunis” or “annexés”, territories that were gradually assimilated to consular then imperial France, and submitted to the same, identical legislative and administrative norms. Unlike the “satellites” of France, as the “sister Republics” or other semi-autonomous French possessions in Europe established under various nominations, the départements réunis are not favored by French historians, who focused also mainly on the “older France”, in its limits of 1791. Too short-lived, too fragile, too unreal for a modern gaze, they were the “parents pauvres” of the French history of the Empire, who lingered on the more traditional French peripheries, the Midi and the West. The first merit of this study is to renew the interest for these unknown extensions of the French system, that were also political and administrative experiments, in a way open by the French revolutionaries of 1789 and 1792.

No doubt Aurélien Lignereux’s curiosity for these peculiar peripheral territories was excited when he studied the rebellions against gendarmes. He was inspired by the new imperial history of the British Empire, too, and the works of Michael Broers on the French Empire, in peculiar Broers’s assumption of the existence of a “frontier” (in the US sense) on the margins or inside Napoleon’s France. This model, based on the study of the French presence in Italy, emphasizes on the inner discontinuities within the French Empire, and refutes the traditional separation between metropolitan France and its satellite territories or subject territories. In a way, the study by Aurélien Lignereux is an attempt to prolonge this hypothesis and to test it on a broader scale, relying on precise and exhaustive data on police and gendarmerie activity and personnels, in the “départements réunis”, that were precisely produced by the moving “frontier”. But his main concern is slightly different from Broers’, though. Lignereux tries to understand the very concrete nature of French rule in those occupied territories, focusing on police and gendarmerie personnels, who were the main and ominous presence of the French State, especially after military occupation and military rule had ceased. So this research echoes also the works of Clive Emsley and his influential essay on Gendarmes and the State in 19th century Europe (1999), assessing the decisive role of the gendarmes in modern State-building among the European countryside. This is not only a history of police personnels, but also an attempt to define what kind of governance was exercised by the conquerant Napoleonian government, on its uncertain peripheries, ranging from the Hanseatic area on the North Sea to the outskirts of Rome, including the actual Netherlands and the city of Geneva, threatening to absorh also Upper Catalonia in Spain.

Aurélien Lignereux deserves a praise for the extraordinary amount of data he collected, on several thousands of gendarmes and the few hundreds of police commissioners who were assigned to the “départements réunis”, drawing useful comparisons between the different territories considered, but also with “older France”. Litteraly two forces of different kind coexisted, with opposed features. The gendarmes were mobile, not staying more than two years in the same location, and  predominantly originated from “inner France”, although they were always mixed with “indigenous” gendarmes, in variable ratios. On the contrary, police commissioners were sedentary (a common feature with “inner France”), rather rooted in local society (although they could be strangers), and frequently born in the country where they worked. It is not clear if this dual system was specifically intended by the French government, or mostly the result of the obstacle of language and the martial function of gendarmerie. It apparently produced in the rural areas and the smallest towns watched by the gendarmes and in the larger towns and cities where police commissioners were assigned, two styles of policing. One may think that the presence of a police commissioner deeply rooted in local, urban society and prone to listen (literally) its complaints, was congruent to a traditional vision of police work in urban context, where negociating order and settling disputes was primordial. On the contrary, as Lignereux suggests, the systematic deployment of bilingual brigades by carefully mixing French and native speakers was clearly not a priority for the government, as the gendarmerie was still in infancy as an investigative police force, and more devoted to surveillance and maintaining “public order”, that is French order. French authorities were even suspicious of a too deep involvement of gendarmes in the local society, beginning with the mastering of the language. Such prejudices, and the “pretorian” nature of the gendarmerie assumed by the government limited the relations between the force and local populations. The consequence was the lack of useful intelligence, as Lignereux demonstrates, although the gendarmes carefully and dutifully filled pages of reports and standardized “tableaux”, to satisfy the curiosity and the typical taste for exhaustive data of the French central authorities of the time.

A significant part of the book is devoted to the experience of the expatriated policemen and gendarmes, foreigners in their own country. The reader will not ignore any more their doubts, their anxieties and melancholy, their boredom in locations remote from France and their “pays”, comparing in their letters Rhenany to Siberia… Women played a part, too, be they legitimate spouses, at their side or distant, mistresses or illegitimate encounters in the local garrison, or local young girls that virile bachelors courted, frequented or married, most of the time under the complacent eye of their superiors, who encouraged “fraternization” and hoped – during the first years – to help the “fusion” of foreign peoples with the French.

This dream was short-lived, although some vivid examples were not rare. People generally resented the French forces and assimilated the police to a foreign presence, although admitting they could be useful. However, the French Empire did not crumble from inside, but was military defeated by invadors. For Aurélien Lignereux, it is the sign that some compromise was in a way attained with some groups of local populations, showing a certain degree of acceptance. Broers demonstrated that French rule was stabilized through a preliminary phase of a certain violence, and the action of “special teams” of policemen, soldiers and gendarmes, where it was difficult to make distinction between the good, the bad and the ugly. The book emphasizes more on the second phase, showing that police forces were rather restraining themselves and trying to respect the rule of law. The real test was the actual prosecutions of policemen and gendarmes by magistrates, revealing the existence of an “état de droit”. Actually, studying rebellious incidents and contestations of police forces, Lignereux shows that the gendarmerie undermined the legitimacy it could gain by fighting against brigands or being spotless, in enforcing conscription or new fiscal regulations (in the territories exposed to smugglers, especially on the shores of the Northern Sea). The precise data collected on these troubles, with the experience gained in Lignereux’s precedent book on this subject), allows to draw fine maps of contestation in the Empire, every great region being dominated by a predominant concern : taxation in the North, traditions and religious issues, conscription. This last topic was not the single cause of agitation, and disturbances were very much linked with local circumstances and policies.

In case of seditious acts, the French always reacted with extreme violence and severity. In this respect, this is more the sign of a “weak State” than the mark of an overwhelming Leviathan or “police-State”. Only violence and fear could subjugate disobedient populations, according to the authorities. The harshness of repression and the expeditive means put in use suggest the precarious nature of the “état de droit” which the French tried to maintain. No doubt it added to the resentment of locals against French rule, and helped the sudden fall of French rule when the Allied armies invaded the departements. Indigenous police personnels took invariably side with their fellow compatriots against the French, except for a few individual exceptions. The dream of a “fusion” was short-lived.

There are interesting pages on the posterity of this experience. Sons and grand-sons of expatriates policemen and gendarmes, sometimes born from mixed couples, “sons of the Empire”, participated to the new imperialist ventures of Napoleon III in Europe and overseas. The book also follows some men who had a new career when France conquered Algeria in 1830 and were sent as lieutenant de police or to command the gendarmerie. Is there a relation, and more than this thread, between colonial expansion and the previous experience of Napoleon’s Empire ? The conclusion is reasonably cautious on this matter, which demands a careful (and further) examination. The circulation of men does not imply the use of the same practices, writes (with reason) Aurélien Lignereux. To answer, it would need a comparison of police practices, and a better knowledge of 19th century police in Algeria. It is very interesting to follow future trajectories, but the book cannot deal with this issue. On the contrary, it would have been very valuable to take the same interest in past trajectories, and to assess what role played the revolutionary experience in the 1790’s among policemen and gendarmes when they were serving Napoleon and the “great Nation”. Here, it could be possible to compare what you could have done in Paris or in Lyon, in 1793 or 1795, and what you would do in Hamburg or Florence. Various names are familiar to historians of the Revolutionary State and its police forces : Capelle, for instance, began as a Parisian section official in the first years of the Revolution, then a police commissionner in the turmoil of the Directoire, in the rebellious capital, before continuing his career on the marchs of Empire. Here I must recall the interest of RIchard Cobb’s Armées révolutionnaires, one of the greatest books on the French Revolution, in which the British historian followed in the military and Parisian archives the fate of the militants of the Parisian armée révolutionnaire. In this respect, the very valuable and extraordinary work done here falls victim of its own virtues, the difficulty to reconstruct complete and long biographies among thousands of individuals. The book is more a synchronic view, than a diachronic study.

Eventually, the book draws in the last pages a comparison with colonial policing. The emphasis on the “rule of law”, the self-restraint of policing in normal times, the egalitarian incorporation of indigenous men does not qualify the policing in use as “colonial”, as it will be developed in last part of  the 19th century and onwards. On this respect, a useful comparison could have been made with the actual French colonies of the time, for establishing the “imperial” nature of policing. Anyway, Aurelien Lignereux pleads in favour of an irreductible originality for the Napoleonean experience, a truly “imperial” form of policing, which is neither national, nor colonial. Therefore, the book is a new contribution to an ongoing debate among historians of “empires” about the nature of the French Empire in the age of Napoleon. This is the reason why it will surely be of great interest for historians, beyond the the circle of specialists of Napoleonean France and of French police and gendarmerie.

 

 

Archives Nationales : ouverture du site de Pierrefitte le 21 janvier 2013

Une excellente nouvelle pour les historiens de l’époque révolutionnaire, du 19e siècle et du premier XXe siècle : le nouveau site des Archives Nationales à Pierrefitte sur Seine ouvrira bien au public à partir du 21 janvier 2013.

Adresse : 59 rue Guynemer, Pierrefitte sur Seine

Accès : Métro 13, station Saint-Denis Université.

Il accueillera entre autres les grandes séries des institutions nées après 1790 (assemblées, pouvoir exécutif, ministères dont la longue litanie des séries F). Pour les historiens des polices, signalons en particulier les sous-séries F 1 (Intérieur), F 7 (Police générale), BB (Justice).
Attention : certaines séries sont encore en cours de déménagement et ne seront pas immédiatement disponibles. Plus d’informations et une liste détaillée des cotes concernées sur le site des Archives Nationales.

Pour le plan d’accès et plus de détails, notamment sur les visites guidées et les manifestations organisées à l’occasion de l’ouverture par les Archives Nationales, rendez-vous au lien suivant (sur le site des AN) :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/ouverture-archives-nationales.html

Book review : On Quentin Deluermoz’s “Policiers dans la ville” : the uniformed policeman in 19th century Paris

The rise of men in blues : the uniformed policeman in 19th century Paris

Review by Vincent Denis :

 Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville, Préface de Dominique Kalifa, Publications de la Sorbonne, Paris, 2011.

This is a fascinating book about a typical figure of the Parisian landscape, the uniformed cop. But there is more in this book than another Parisiana chromography. It is the story of a great transformation of the city itself.

 This is a book about  relating the integration of a new kind of policing, practically and symbolically, in the city of Paris. This central innovation has a starting point : in 1854, the introduction of the uniformed policeman, at a large scale, first the sergent de ville, later renamed under the Republic as the gardien de la paix. I think Quentin Deluermoz shows us one of the most important transformation in the history of police in France.

Until this date, and since the 18th century,  in Paris, police work was assured by police commissioners who basically received complaints in their neighborhood, and a large variety of ominous plaincloth officers, who were hated and despised by the population, in charge of catching thieves but also tracking clandestine illicit activities in the city and keeping an eye on political opponents. The « main-forte », the armed presence, in the streets, was the mission of paramilitary or army units, with military organization and equipment : before the French Revolution, the garde de Paris, and the elite regiment of the Gardes Françaises, and after 1789 the Garde Nationale, the gendarmes, the Garde de Paris for daily surveillance, and ultimately army regiments stationed in the city.

The introduction of this new kind of agent was a real breakthrough in a secular tradition of policing based on this triad of visible police commissioners (often familiar figures), plainclothes inspectors or spies and riflemen. These new agents were inspired by the London bobbies : although they had a military background, they were police agents, they wore a distinct uniform, and they were ligthly armed (with a saber). They were not the first visible policemen in the history of policing in Paris, since the police commissioners were highly visible, public figures, easily available at all time of the day and night in their hôtel de police or commissariat, for ages. But they were only a handful (48 exactly for a whole city, and this number remained the same until the middle of the 19th century). For the first time, there was a visible civilian police force, in the streets, in large numbers. So the subaltern police agents who had been hidden  became all the sudden very visible.

The other innovation was the introduction of the beat patrol (another Londonian feature). The book demonstrates that it meant a real change in the way the police invested the space of Paris. The beat patrol took place in a global new pattern of policing, which was based on the repeated circulation of policemen in all the areas of the city, contrasting with the more static precedent pattern, based on strong points (posts, police stations and barracks) from where patrols were regularly deployed. These two innovations, the uniform policeman and the beat patrol, gradually created a new relation between the Parisians and their police, but also a public order of a new kind.

Quentin Deluermoz carefully retraced how this new police was received by the population. At first, there was much more incomprenhension than repulsion or hostility. People seemed puzzled by this new visibility of the police. It seems there was a discordance between the change of the police structures, and the relative inertia of the political imagination about the police. There is a long tradition of suspicion and defiance against « hidden police » in Paris,  during the 18th and 19th century. This opposition between visible and invisible police in the city was structured around 1700 when police inspectors were introduced for the first time, doubling the police commissioners. This dual system was reinstated before the end of the French Revolution, and barely changed. Why this suspicion ? Police commissioners symbolized a paternalist pattern of policing, behaving more like civil magistrates. Police inspectors represented a new kind of policing, « high policing », to quote the sociologist of police Jean-Claude Brodeur. It is also related to the nature of the police of Paris, which became precociously a State police, well before the French Revolution (rather an exception in France). This system of « hidden police » was even refined in the first part of the 19th century, with undercover night patrols and so on. At the end of the Empire, and during the Commune of Paris, these traditional anxieties suddendly and brutally re-appeared, as Quentin demonstrates, with aggressions, murders and persecution of policemen, who were all the more exposed to angry mobs and neighbours that they were highly visible.

Oddly, the insurgent population and the radicals often turned towards the traditional police alternative since 1789, i.e. the Garde Nationale, a militia, or other various forms of neighborhood policing. This was rather an utopia, since theses forms of policing were not well adapted to the social division of work required by modern societies. No wonder they were short-lived.

Under the Republic, these agents became familiar figures in the Parisian landscape. Making good use of newspapers, advertisements and popular literature, Quentin Deluermoz demonstrates the progressive integration of uniformed officers in cityscape. Although there still could be tension and conflict, they acquired a vague aura of ordinariness and dull normality, symbolized by the popular image of an old, fat, cheeky police officer. The idea is that they were not fearful figures anymore, but typical elements of the city, as the new modern equipment associated to urban life (advertising posts, lamp posts etc). One can discuss the validity of the analysis of the press, popular images, advertisement and mass literature to convey an impression on the feelings associated to policemen. But this use of mass-media and commercial representations, considered as reflects of common ideas, is always combined with archival evidences. There are proofs of the circulation of these literay commonplaces on the police, turned to them by angry passers-by when they arrested them. The « faits divers », a central feature in the commercial development of popular press in the last decades of the 19th century, is carefully studied in its narrative structure. There was a shift, from efficiency to inefficiency of the police, in the relations of police action, coinciding with a period of great anxiety about delinquance and recividists. May I suggest that another indicator of public trust would have been the number of formal complaints, if such figures exist. Public trust in police institutions is correlated with the number of people addressing them to solve their problems.

Quentin Deluermoz made also an excellent use of police records, to show how the population considered the policemen. The number of complaints against policemen, the letters sent to the Prefect of Police, or the threat of sending one kept in the police records after an incident with an agent, testify in favour of a kind of empowerment of Parisians towards their police. Filling a formal complaint, keeping track of an agent by his identification number, visible on his collar, became a common tool, even in the working-class neighborhood of Belleville, and for individual of all social backgrounds. An essentiel consequence of visibility was that policemen had to behave, under the scrutiny of the neighboorhood, their colleagues, and the press. This is an important toward an increased accountability of the police.

The book insists on the gradual transformation of the policemen themselves, especially after 1880. It does no presume a fixed police structure, but rather describes a very moving, wavering reality. According to Quentin Deluermoz, during the first decades of their existence, being a policeman is not a « métier », a craft or a profession, but a mere occupation, a job without set references, that did not really exist before. Eloquently, one of his chapter about the ordinary lives of policemen, is named « lessons from the street », or « graduating from the street » (l’école de la rue). In the absence of any formalized professional training, police officers learn their job the hard way, initiated by older agents or probably try to cope with their previous experience (in the army) and the regulations provided by the police headquarters. There is a clear cut when the préfet Lépine introduced the first practical school for training policemen in the 1890’s. Strikingly, police work is more and more shaped by regulations, codes, written instructions, and a centralized command, which is still an actual feature. The beat patrol itself was replaced by other patterns of policing. Its coincidence with a reinforcement of intermediary commanding field officers (brigadiers) made me wonder whether it would be a reaction against the excessive autonomy and « discretion » of police officers on the beat patrol. By the end of the century, they became the elementary pieces of a larger urban machinery, in the ideal model of urban administration that can be read in the regulations of the préfecture .

 

By the way, the book relativizes the chronology of modern policing established by Jean-Marc Berlière, in his pioneering work on the Préfet Louis Lépine, « inventor of modern police ». This is one of the stakes of the book, as one of its starting point was to challenge the assumption of more « modern » police invented by the Third Republic. Actually, Quentin Deluermoz convincingly demonstrates that the pattern of uniform policeman and beat patrol was decisive turning point in the policing of Paris, well before the Republic. The idea of a precise date for the « birth » or the « origin » of modern police is rather an obstacle than a useful tool (and before that we should define what we mean by « modern » policing). One of the lessons of the book is to insist more on incremental transformations. The system introduced in 1854 proved to be so successful that it was rapidly re-established after its brief suppression in 1870 and during the Commune.

One of the main achievements of the book is the discussion of the transformation of public order. Policemen had to constantly negotiate to establish their authority, against what Quentin Deluermoz calls « orders of the street », meaning local, indigenous orders. He made the choice of relying on case studies, due to the lack of sufficient sources for a quantified study. It is impossible to trace down a shift from one type of public order to another one, more modern and more rational. Instead, there are gradual transformations, a kind of mutual acceptance and definition of roles between Parisians and policemen. Conflict is not inexistent, but less frequent. The development of the uniformed policeman fills a new police function, « administrative police », the equivalent to the modern « sécurité publique », which is more and more distinct from the investigation of serious crime and other specialized police tasks. Its field is definitely the street, « la voie publique ». One can try to qualify the kind of policing that is eventually implemented : it is visual, with the idea that on the public space some things must not be visible (such as vagabonds and beggars, perverts or people showing improper parts of their body). Of course, it deals with petty theft and interpersonal violence, but this emphasis on « cleaning up the streets » visually is a new feature, is promised to a bright future.

To conclude, it is not a coincidence if the introduction of the uniformed policeman was simultaneous to the physical reshaping of the city by Haussmann. The book makes a point in studying this figure which became a symbol of the city, as much as the Hausmannian avenues and boulevards.

I would like to raise two questions, incented by reading this insighfult, beautifully crafted work. In this respect, one must rethink the contribution of the police to shape and produce public space. In this history of the relation between the Parisian and their policemen, there is one essential and ominous protagonist, the streets of Paris, the morphology of the city. Police action and their interaction with the people contributed to change the uses of the streets. But how did the popular uses of the streets change over time ? How the definition of the street did change, from Haussman to Lépine ? How this kind of transformation affected police work ?

Another issue would be the policemen themselves. There is a privileged focus on the way the Parisians considered their police. The book carefully studied the institutionnalization of this group. However, I am curious about the policemen themselves. What were their interests in their tasks ? Why did they join the force ? And more important, how did they judge the surrounding society, and the various groups composing the population of Paris ? Did they share the official values emphasized by the solemn ceremonies described in the last part of the book ? The sociology of modern police forces in the US or in France insist on the conflicting values among policemen, who are not a homogeneous group. Here, Quentin Deluermoz gives some hints on the occasion of the insurrection of the Commune, when some policemen chose to remain in the insurgent city. There are other chapters to write in the history of the uniformed policeman.

Soutenance de thèse : “Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public” : les inspecteurs de police parisiens, 1740-1789″

Rachel COUTURE, doctorante en co-tutelle Université de Basse-Normandie (UCBN)/ Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Directeurs de thèse : Pascal Bastien (UQAM) et Vincent Milliot (UCBN)

Soutiendra sa thèse à partir de 14h30 au département d’Histoire de l’UQAM

Pavillon J.-A. DeSève – Local DS-1950 – 320, rue Sainte-Catherine est

 

 

Vendredi 18 janvier 2013

« ‘Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public’ :

les inspecteurs de police parisiens, 1740-1789 »

 (2 volumes, 818 p.)

 

devant un jury constitué de

 

Mme Catherine Denys, Professeur en histoire moderne. Université de Lille 3 (rapporteur extérieur)
Mr Donald Fyson, Professeur, département d’histoire. Université Laval (rapporteur extérieur)
Mr Pierre Robert, Professeur, département des sciences juridiques. Université du Québec à Montréal
Mr Pascal Bastien, Professeur, département d’histoire. Université du Québec à Montréal (Directeur de thèse)
Mr Vincent Milliot, Professeur en histoire moderne. Université de Caen Basse-Normandie (Directeur de thèse)

Résumé :



L’étude des inspecteurs de police parisiens du XVIIIe siècle est négligée par l’historiographie, hormis par quelques travaux d’histoire traditionnelle qui en dressent un sombre portrait et d’histoire sociale des années 1980 qui l’abordent indirectement. Pour répondre à cette lacune, l’enquête se consacre à la compréhension de l’organisation de leur métier à compter de 1740, moment de la refondation de la compagnie, jusqu’en 1789, celui de sa dissolution. L’intérêt d’étudier l’évolution de son fonctionnement est manifeste dans un contexte de réorganisation policière au long cours, qui s’inscrit notamment dans la foulée de la création du guet (1666) et de la lieutenance de police (1667). L’histoire sociale et administrative de cette institution est structurée autour de trois pôles d’étude pour vérifier l’hypothèse de l’approbation grandissante des inspecteurs de police après 1740 suivant leur professionnalisation.

Primo, l’approche prosopographique des 80 inspecteurs de police en service entre 1742 et 1789 relève le resserrement des exigences professionnelles au moment de l’entrée dans le métier. Secundo, la normalisation des pratiques des inspecteurs de la sûreté, regardée sous l’angle de la spécialisation policière, témoigne de la consolidation de l’exercice du métier. Ainsi, la meilleure codification du protocole de travail et la clarification de la répartition des tâches avec d’autres agents du maintien de l’ordre harmonisent les rapports de ces derniers. Tercio, les mesures de légitimation déployées par les autorités montrent non seulement l’effort de reconnaissance sociale des inspecteurs de police, mais aussi sa meilleure acceptation par la population.

Mots clés : Police, Paris, XVIIIe siècle, Inspecteur de police, Sûreté, Professionnalisation

 

 

The study of 18th century Paris police inspectors is generally neglected by historians, other than a few traditional works of history that paint a dark picture as well as works of social history dating from the 1980s that approach the subject indirectly. To address this gap, this survey seeks to elucidate the manner in which the profession was organized, beginning in 1740, when the force was reformed, until 1789, when it was dissolved. The value in studying the development of its operations becomes evident when viewed against a backdrop of the long-term reorganization of the police force, which took place with the advent of patrols (1666) and police lieutenants (1667). The institution’s social and administrative history revolves around three areas of research, which seeks to verify the hypothesis

Firstly, the prosopographic approach to 80 police inspectors in service from 1742 to 1789 stems from the tightening of job requirements implemented at the time they entered the profession. Secondly, the standardization of safety inspector practices, viewed from the perspective of police specialization, attests to the consolidation of professional practice. As a result, relations improved among law enforcement officers in general due to better codification of the work protocol and the clarification of task distribution. Thirdly, the legitimacy measures implemented by the authorities demonstrated not only the effort to improve the social recognition of police inspectors but also their greater acceptance on the part of the population.

 

Appel à contributions : Pour une géographie du droit : un chantier urbain

Une équipe de géographes réunie autour du projet original d’une “géographie du droit”, fortement inscrite dans la ville et ses territoires, lance un appel pour réaliser un numéro spécial de la revue Géocarrefour. Le sujet peut intéresser aussi les historiens de la police.

Date limite : 31 mars 2013.
Résumé :

Cet appel à communications souhaite ouvrir un chantier consacré à la manière dont la géographie peut se saisir du droit et, au-delà, proposer une réflexion quant aux formes que peut prendre une géographie du droit, en privilégiant une réflexion sur la ville et les pratiques urbaines. Trois perspectives seront envisagées dans cet appel : (1) le droit comme ressource de la citadinité ; (2) la régulation politique des territoires urbains ; (3) la ville et la production de la règle de droit. Ainsi, on se demandera dans le cadre de cette contribution collective autant comment le droit régule, produit et réifie des espaces, leurs fonctions et leurs processus d’appropriation, qu’en miroir, comment les pratiques territoriales influent sur la production du droit. L’objet de ce numéro sera de proposer une  géographie du droit, en dépassement des études de cas pour « comprendre l’usage concret et spatialisé qui est fait du droit et les pratiques auxquelles il donne naissance » (Garcier 2009) en privilégiant le champ urbain.

Le texte de l’appel complet est disponible sur Calenda au lien suivant :

http://calenda.org/231932

Parution : Justine Berlière et les commissaires de police à Paris au 18e siècle

  • Justine BERLIERE,  Policer Paris au siècle des Lumières. Les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle Ecole des Chartes, Droz, 2012 (407 pages, 36€). Préface de Vincent Milliot.

Ajoutant une nouvelle publication dans le domaine de la police du dix-huitième siècle, décidément bien servi cette année avec le livre de Marco Cicchini sur l’ordre public à Genève, Justine Berlière signe le premier livre consacré aux commissaires de police du Châtelet de Paris. Loin des clichés anciens ou plus récents (la série TV sur les “aventures” de Nicolas Le Floch), elle dresse une analyse détaillée du rôle essentiel que ces agents pouvaient jouer dans le maintien de l’ordre et la vie de la capitale au siècle des Lumières, à travers notamment l’étude de de l’activité du commissaire Chénon, dans le quartier central de Saint-Germain l’Auxerrois, à un coup d’arquebuse du Louvre. C’est donc une contribution importante pour comprendre tant l’histoire de la police de la capitale que celle des polices urbaines à l’époque moderne.

Présentation de l’éditeur

“Malgré sa présence constante dans la vie quotidienne de Paris au XVIIIe siècle, on connaît très mal le commissaire de police. Sans prétexte aucun, la police mérite d’être étudiée parce qu’elle est une institution-clé de l’Ancien Régime ». Ce souhait exprimé en 1981 par Steve Kaplan est aujourd’hui en passe d’être réalisé.
Objets trop longtemps oubliés de l’histoire sociale du XVIIIe siècle, les quarante-huit commissaires enquêteurs examinateurs au Châtelet de Paris, dont les archives d’une grande richesse sont souvent utilisées sans qu’on s’intéresse à ceux qui les ont produites, sont au cœur de cette recherche, qui éclaire le fonctionnement et les rouages d’une machine policière longtemps méconnue.
Qui étaient ces magistrats, propriétaires de leur charge ? De quels milieux étaient-ils issus, à quelles stratégies sociales et familiales répondait le choix de cette carrière ? De quel personnel disposaient-ils ? Quelles étaient précisément leurs fonctions dans la police de la capitale dont le Lieutenant général de police avait la charge ? Quels rapports entretenaient-ils avec la population au milieu de laquelle ils vivaient, avec les autres acteurs de la sûreté d’une ville dont les états d’humeur pouvaient avoir de lourdes conséquences, comme allaient le démontrer les événements de 1789 ?
Ce travail a pour but de mettre en lumière le rôle de ces magistrats immergés au cœur de Paris – en sa vie quotidienne, ses ombres et lumières, ses turpitudes, et ce, dans un quartier stratégique : celui de Saint-Germain-l’Auxerrois, entre Seine et Palais-Royal, Louvre et Châtelet. Il offre une plongée du côté de ces agents de l’ordre public, dans les coulisses de la ville-capitale au temps des Lumières.

 Les amateurs des aventures du commissaire Le Floch découvriront le vrai visage et les vraies fonctions des commissaires de police parisiens au XVIIIe siècle.

En quoi consiste l’empire ? Quelques indices et pistes policières, 17e-20e siècles.

La prochaine séance du séminaire “Empires. Histoire des colonisations” aura lieu le lundi 10 décembre de 18 h à 20h dans la salle de réunion de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris).

Elle accueillera Emmanuel Blanchard (UVSQ, CESDIP) et Vincent Denis (Université Paris I, IUF) pour une intervention intitulée : En quoi consiste l’empire ? Quelques indices et pistes policières, 17e-20e siècles.

Les comptabilités, sources pour l’histoire du contrôle social, XIIIe-XVIIIe siècle : Colloque

Le Centre d’histoire du droit et de la justice (INCAL- UCL) organise, en collaboration avec l’Université de Namur, les Archives Générales du Royaume et l’Institut Religions, Spiritualités, Culture, Sociétés (UCL) un colloque international intitulé « Monuments ou documents ? Les comptabilités, sources pour l’histoire du contrôle social (XIIIe-XVIIIe siècles) ». Ce colloque se déroulera du jeudi 13 au samedi 15 décembre 2012 aux Archives Générales du Royaume, à Bruxelles. Inscription gratuite mais obligatoire sur https://www.uclouvain.be/colloque-monuments.html.

The Center  for the History of Law and Justice (Centre d’histoire du droit et de la justice) (INCAL – UCL) will organise, in collaboration with the University of Namur, the States Archives in Belgium and the Institute “Religions, Spiritualities, Cultures, Societies” (UCL) an international conference called “Monuments or Documents? Accounts: Sources for the History of Social Control (13th-18th centuries)” . This conference will take place from Thursday 13th to Saturday 15th December 2012, in Brussels (States Archives in Belgium).
Registration is free but mandatory on http://www.uclouvain.be/en-colloque-monuments.html

Paris en guerre d’Algérie : exposition

Paris en guerre d’Algérie

Exposition au Couvent des Cordeliers, rue de l’Ecole de médecine, du 7 décembre 2012 au 10 janvier 2013.

En cette année de 50e anniversaire des accords d’Evian, revenir sur les conséquences et les répercussions de la guerre d’Algérie a semblé utile et nécessaire, en diffusant auprès d’un large public les apports scientifiques d’historiens spécialistes de ces questions.
L’exposition intitulée « Paris en guerre d’Algérie » entend étudier sur un temps chronologique plus large que celui du conflit stricto sensu – 1953-1968 – les répercussions  du conflit entre la France et l’Algérie à l’échelle de l’ancien département de la Seine. Ce sera l’occasion de mettre en regard des expériences parallèles ou entrecroisées d’un conflit qui ne touche pas tous les  habitants de la région parisienne au même titre.

L’exposition s’appuie sur quelque 300 documents dont une cinquantaine d’originaux.
La collaboration des commissaires et des scénographes permet de monter une exposition vivante et graphique, mêlant photographies, journaux, documents officiels, diffusions sonores et imagées, avec de nombreux documents inédits, soulignant la multiplicité des sources existant sur cette période.

Les commissaires de l’Exposition :
Emmanuel Blanchard, historien et politiste, maître de conférences à l’université de Versailles – Saint-Quentin en Yvelines
Raphaëlle Branche, historienne, maîtresses de conférences à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Omar Carlier,historien, professeur à l’université de Paris 7 Denis-Diderot
Laure Pitti, sociologue, maitresse de conférences à l’université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis
Alain Ruscio, docteur es-lettre, historien indépendant
Sylvie Thénault, historienne, directrice de recherches au CNRS

Les scénographes :
Collectif Au fond à gauche

Informations pratiques :
Entrée libre
Lieu : Réfectoire des Cordeliers, 15 rue de l’Ecole de Médecine, Paris 6e
Dates : Du vendredi 7 décembre 2012 au jeudi 10 janvier 2013
Horaires : Tous les jours de 11 H à 19 H, Nocturne le jeudi jusqu’à 20 h 30
Sauf les lundis 24 et 31 décembre de 11 h à 17 h
Fermeture les 25 décembre et 1er janvier

Parution : Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles, Catherine Denys et Vincent Denis (dir.)

Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Catherine Denys et Vincent Denis, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 196 pages.

Les policiers furent les figures les plus visibles et les plus symboliques de la domination coloniale dont ils formaient le premier maillon. Au contact quotidien des populations, chargés des tâches les plus diverses, sous des dénominations très variables, ils jouaient cependant pleinement leur rôle dans la « mission civilisatrice de l’homme blanc ». Cet ouvrage entend montrer quelle fut leur contribution à l’émergence d’un nouveau mode de gestion colonial des populations, des années 1750 à la veille de la Grande Guerre.

De Buenos Aires à Sydney, en passant par Rio, Montréal, Bombay, Le Cap ou Batavia, du Suriname aux Indes néerlandaises, les contributions réunies ici retracent l’histoire des forces de l’ordre des empires coloniaux européens, l’intense circulation des pratiques, des conceptions policières et des hommes au sein des empires. Loin d’être la projection des structures des polices métropolitaines, les polices des territoires coloniaux ont été des terrains d’expérimentation, sans cesse adaptés aux contraintes matérielles et politiques des sociétés locales. A bien des égards, les colonies furent le laboratoire de la modernité policière, présentée comme une innovation des métropoles du 19e siècle.

Fruit d’une enquête collective, rassemblant douze études inédites de spécialistes internationaux, cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire de l’Etat et des empires coloniaux, ainsi qu’à celle des polices.

Avec les contributions de Maria Bicalho (Université Fédérale Fluminense, Rio de Janeiro), Emmanuel Blanchard (Université de Versailles Saint-Quentin), Marieke Bloembergen (KILTV, Leyden), Mark Doyle (Middle Tennessee State University, Murfreesboro), Donald Fyson (Université Laval, Québec), Diego Galeano, Erin Giuliani (Université du Queensland, Sydney), Richard Hill (Université Victoria de Wellington, Nouvelle-Zélande), Elaine Klinkers (KILTV, Leyden), Scott C. Spencer (Université de Virginie, Charlottesville) et Stefan Petrow (Université de Tasmanie, Hobart).

 

Sommaire

Catherine Denys et Vincent Denis : Introduction : Voyage à travers les expériences policières coloniales

Organiser les polices coloniales

Diego Galeano : Réformes de police et organisation de l’espace urbain à Buenos Aires, 1776-1856.

Stefan Petrow : Bagnards ou hommes libres : la police en Terre de Van Diemen, 1847-1858.

Ellen Klinkers : Mutations policières dans une société en mouvement : l’émergence d’une force de police au Suriname, 1863-1900 :

Richard Hill : Adaptation et autochtonisation : application et raffinement des méthodes policières impériales dans la colonie de Nouvelle-Zélande, 1840-1907.

Marieke Bloembergen : Par peur et sens du devoir. La surveillance policière : un problème inédit pour les autorités coloniales des Indes néerlandaises, 1870-1900.

Transferts et réseaux policiers impériaux

Donald Fyson : La police au Québec, 1760-1878 : des modèles impériaux dans une colonie nord-américaine.

Maria Fernanda Bicalho : L’Intendance Générale de Police de la ville de Rio de Janeiro, capitale de la Monarchie et de l’Empire Portugais, 1808-1820.

Mark Doyle : « Il faut que le feu soit immédiatement efficace » : la répression des émeutes en Irlande et aux Indes à l’époque coloniale.

Erin Giuliani : Surveillance policière et technologies d’identification dans les colonies des Nouvelles Galles du Sud et du Queensland, 1880-1903.

Scott Spencer : Les policiers de l’Empire : le Constabulary d’Afrique du Sud, la Police montée du Nord-Ouest canadien et les réseaux policiers de l’Empire britannique, 1895-1914.

Conclusion

Emmanuel Blanchard : Les forces de l’ordre colonial, entre conservatoires et laboratoires policiers (XVIIIe-Xxe siècles).

Parution : Catherine Denys (dir.), Circulations policières, 1750-1914

Catherine Denys (dir.), Circulations policières, 1750-1914, Presses Universitaires du Septentrion, 2012.

208 pages, 22 €

Comment améliorer « sa » police ? En regardant ce qui se fait « ailleurs » ; en l’adoptant, parfois. À rebours des historiographies nationales, ce livre fait découvrir l’histoire méconnue des circulations internationales des polices en Europe et à travers l’Atlantique. Il donne à voir les passeurs qui les animent comme les modèles qui se construisent dans les échanges, les transferts, les rejets ou les adaptations des systèmes policiers. Depuis l’Anglais Mildmay révélant le fonctionnement de la police parisienne en 1763 jusqu’à l’Américain Fosdick enquêtant sur la police des capitales européennes en 1913, des observateurs voyagent, étudient et décrivent les polices étrangères. Des administrateurs imposent des réformes justifiées par la supériorité supposée de ces polices voisines, d’autres les refusent énergiquement. Le débat sur la police déborde les limites des États. Neuf études de cas, de Buenos Aires à Paris, de Lisbonne à Rome, de Londres à Berlin, de Bruxelles, Genève ou New York, illustrent la richesse de cette histoire connectée des polices entre Ancien Régime et coopération moderne des polices contemporaines.

Introduction de Catherine Denys, contributions de Vincent Denis, Diego Galeano, Ilsen About, Catherine Denys, Paul Lawrence, Anja Johansen, Flavio Borda d’Agua, Vincent Fontana, Chiara Lucrezio Monticelli.

Table des matières disponible au lien suivant (site éditeur) :

http://www.septentrion.com/livre/?GCOI=27574100997770

Gestion urbaine et maintien de l’ordre : institutions, compétences, pratiques (XVIIIe-XIXe siècles)

Gestion urbaine et maintien de l’ordre : institutions, compétences, pratiques (XVIIIe-XIXe siècles)

Séminaire de Brigitte Marin, directrice d’études à l’EHESS, professeur à Aix-Marseille Université.

EHESS, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille.

Le séminaire s’attache à développer une réflexion comparative (principalement centrée sur l’Europe méridionale et le bassin méditerranéen) sur les magistratures citadines de régulation et de gestion urbaines (polices, salubrité des espaces collectifs, voirie et construction, etc.), à travers une analyse de leurs configurations institutionnelles, sociales et territoriales. Il traitera notamment des réformes qui touchent ces pouvoirs citadins à partir du XVIIIe siècle, et de leurs conséquences sur les organisations territoriales, les distributions spatiales et les usages de l’espace. Les circulations des expériences et des savoirs administratifs retiendront particulièrement l’attention, ainsi que les pratiques de terrain et les systèmes de connaissance de l’espace urbain mis en œuvre au sein de ces administrations.

Brigitte.marin@univ-amu.fr

Dates et programme sur le lien suivant :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/865/

Gendarmeries, polices et société (XIXe-XXIe siècles). Maintien de l’ordre, régulation sociale, sécurité intérieure et Défense

Séminaire de l’Université Paris IV-Sorbonne et du Centre d’Histoire du XIXe siècle (universités Paris et Paris IV) : “Gendarmeries, polices et société (XIXe-XXI siècles). Maintien de l’ordre, régulation sociale, sécurité intèrieure et Défense”.

Séminaire de l’Université Paris—Sorbonne (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris I – Paris IV)

Gendarmeries, polices et société (XIXe-XXIe siècles). Maintien de l’ordre, régulation sociale, sécurité intérieure et Défense

Professeur Jean-Noël LUCArnaud-Dominique HOUTE, maître de conférences, jnoel.luc@gmail.comarnaudhoute@aol.com

Maison de la recherche (28 rue Serpente, Paris VIe – mardi 17h-19h, salle D 323.)

Le programme est disponible au lien suivant :

http://calenda.org/223510