Appel à contributions : Pour une géographie du droit : un chantier urbain

Une équipe de géographes réunie autour du projet original d’une « géographie du droit », fortement inscrite dans la ville et ses territoires, lance un appel pour réaliser un numéro spécial de la revue Géocarrefour. Le sujet peut intéresser aussi les historiens de la police.

Date limite : 31 mars 2013.
Résumé :

Cet appel à communications souhaite ouvrir un chantier consacré à la manière dont la géographie peut se saisir du droit et, au-delà, proposer une réflexion quant aux formes que peut prendre une géographie du droit, en privilégiant une réflexion sur la ville et les pratiques urbaines. Trois perspectives seront envisagées dans cet appel : (1) le droit comme ressource de la citadinité ; (2) la régulation politique des territoires urbains ; (3) la ville et la production de la règle de droit. Ainsi, on se demandera dans le cadre de cette contribution collective autant comment le droit régule, produit et réifie des espaces, leurs fonctions et leurs processus d’appropriation, qu’en miroir, comment les pratiques territoriales influent sur la production du droit. L’objet de ce numéro sera de proposer une  géographie du droit, en dépassement des études de cas pour « comprendre l’usage concret et spatialisé qui est fait du droit et les pratiques auxquelles il donne naissance » (Garcier 2009) en privilégiant le champ urbain.

Le texte de l’appel complet est disponible sur Calenda au lien suivant :

http://calenda.org/231932

Parution : Justine Berlière et les commissaires de police à Paris au 18e siècle

  • Justine BERLIERE,  Policer Paris au siècle des Lumières. Les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle Ecole des Chartes, Droz, 2012 (407 pages, 36€). Préface de Vincent Milliot.

Ajoutant une nouvelle publication dans le domaine de la police du dix-huitième siècle, décidément bien servi cette année avec le livre de Marco Cicchini sur l’ordre public à Genève, Justine Berlière signe le premier livre consacré aux commissaires de police du Châtelet de Paris. Loin des clichés anciens ou plus récents (la série TV sur les « aventures » de Nicolas Le Floch), elle dresse une analyse détaillée du rôle essentiel que ces agents pouvaient jouer dans le maintien de l’ordre et la vie de la capitale au siècle des Lumières, à travers notamment l’étude de de l’activité du commissaire Chénon, dans le quartier central de Saint-Germain l’Auxerrois, à un coup d’arquebuse du Louvre. C’est donc une contribution importante pour comprendre tant l’histoire de la police de la capitale que celle des polices urbaines à l’époque moderne.

Présentation de l’éditeur

« Malgré sa présence constante dans la vie quotidienne de Paris au XVIIIe siècle, on connaît très mal le commissaire de police. Sans prétexte aucun, la police mérite d’être étudiée parce qu’elle est une institution-clé de l’Ancien Régime ». Ce souhait exprimé en 1981 par Steve Kaplan est aujourd’hui en passe d’être réalisé.
Objets trop longtemps oubliés de l’histoire sociale du XVIIIe siècle, les quarante-huit commissaires enquêteurs examinateurs au Châtelet de Paris, dont les archives d’une grande richesse sont souvent utilisées sans qu’on s’intéresse à ceux qui les ont produites, sont au cœur de cette recherche, qui éclaire le fonctionnement et les rouages d’une machine policière longtemps méconnue.
Qui étaient ces magistrats, propriétaires de leur charge ? De quels milieux étaient-ils issus, à quelles stratégies sociales et familiales répondait le choix de cette carrière ? De quel personnel disposaient-ils ? Quelles étaient précisément leurs fonctions dans la police de la capitale dont le Lieutenant général de police avait la charge ? Quels rapports entretenaient-ils avec la population au milieu de laquelle ils vivaient, avec les autres acteurs de la sûreté d’une ville dont les états d’humeur pouvaient avoir de lourdes conséquences, comme allaient le démontrer les événements de 1789 ?
Ce travail a pour but de mettre en lumière le rôle de ces magistrats immergés au cœur de Paris – en sa vie quotidienne, ses ombres et lumières, ses turpitudes, et ce, dans un quartier stratégique : celui de Saint-Germain-l’Auxerrois, entre Seine et Palais-Royal, Louvre et Châtelet. Il offre une plongée du côté de ces agents de l’ordre public, dans les coulisses de la ville-capitale au temps des Lumières.

 Les amateurs des aventures du commissaire Le Floch découvriront le vrai visage et les vraies fonctions des commissaires de police parisiens au XVIIIe siècle.