Séminaire : Se soumettre ou se révolter. Seule alternative face à la police ?

Université du Québec à Montréal, séminaire « Révoltes, rébellions et révolutions. Histoire de l’Europe moderne/Histoires comparées » (Pascal Bastien)

 

Mercredi 16 janvier 2013, 18 heures

Vincent Milliot (UCBN, CRHQ UMR 6583)

« Se soumettre ou se révolter. Seule alternative face à la police ? »

 

 

 

 

 

Soutenance de thèse : “Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public” : les inspecteurs de police parisiens, 1740-1789″

Rachel COUTURE, doctorante en co-tutelle Université de Basse-Normandie (UCBN)/ Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Directeurs de thèse : Pascal Bastien (UQAM) et Vincent Milliot (UCBN)

Soutiendra sa thèse à partir de 14h30 au département d’Histoire de l’UQAM

Pavillon J.-A. DeSève – Local DS-1950 – 320, rue Sainte-Catherine est

 

 

Vendredi 18 janvier 2013

« ‘Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public’ :

les inspecteurs de police parisiens, 1740-1789 »

 (2 volumes, 818 p.)

 

devant un jury constitué de

 

Mme Catherine Denys, Professeur en histoire moderne. Université de Lille 3 (rapporteur extérieur)
Mr Donald Fyson, Professeur, département d’histoire. Université Laval (rapporteur extérieur)
Mr Pierre Robert, Professeur, département des sciences juridiques. Université du Québec à Montréal
Mr Pascal Bastien, Professeur, département d’histoire. Université du Québec à Montréal (Directeur de thèse)
Mr Vincent Milliot, Professeur en histoire moderne. Université de Caen Basse-Normandie (Directeur de thèse)

Résumé :



L’étude des inspecteurs de police parisiens du XVIIIe siècle est négligée par l’historiographie, hormis par quelques travaux d’histoire traditionnelle qui en dressent un sombre portrait et d’histoire sociale des années 1980 qui l’abordent indirectement. Pour répondre à cette lacune, l’enquête se consacre à la compréhension de l’organisation de leur métier à compter de 1740, moment de la refondation de la compagnie, jusqu’en 1789, celui de sa dissolution. L’intérêt d’étudier l’évolution de son fonctionnement est manifeste dans un contexte de réorganisation policière au long cours, qui s’inscrit notamment dans la foulée de la création du guet (1666) et de la lieutenance de police (1667). L’histoire sociale et administrative de cette institution est structurée autour de trois pôles d’étude pour vérifier l’hypothèse de l’approbation grandissante des inspecteurs de police après 1740 suivant leur professionnalisation.

Primo, l’approche prosopographique des 80 inspecteurs de police en service entre 1742 et 1789 relève le resserrement des exigences professionnelles au moment de l’entrée dans le métier. Secundo, la normalisation des pratiques des inspecteurs de la sûreté, regardée sous l’angle de la spécialisation policière, témoigne de la consolidation de l’exercice du métier. Ainsi, la meilleure codification du protocole de travail et la clarification de la répartition des tâches avec d’autres agents du maintien de l’ordre harmonisent les rapports de ces derniers. Tercio, les mesures de légitimation déployées par les autorités montrent non seulement l’effort de reconnaissance sociale des inspecteurs de police, mais aussi sa meilleure acceptation par la population.

Mots clés : Police, Paris, XVIIIe siècle, Inspecteur de police, Sûreté, Professionnalisation

 

 

The study of 18th century Paris police inspectors is generally neglected by historians, other than a few traditional works of history that paint a dark picture as well as works of social history dating from the 1980s that approach the subject indirectly. To address this gap, this survey seeks to elucidate the manner in which the profession was organized, beginning in 1740, when the force was reformed, until 1789, when it was dissolved. The value in studying the development of its operations becomes evident when viewed against a backdrop of the long-term reorganization of the police force, which took place with the advent of patrols (1666) and police lieutenants (1667). The institution’s social and administrative history revolves around three areas of research, which seeks to verify the hypothesis

Firstly, the prosopographic approach to 80 police inspectors in service from 1742 to 1789 stems from the tightening of job requirements implemented at the time they entered the profession. Secondly, the standardization of safety inspector practices, viewed from the perspective of police specialization, attests to the consolidation of professional practice. As a result, relations improved among law enforcement officers in general due to better codification of the work protocol and the clarification of task distribution. Thirdly, the legitimacy measures implemented by the authorities demonstrated not only the effort to improve the social recognition of police inspectors but also their greater acceptance on the part of the population.

 

Séminaire : Le temps de la police

Le temps de la police, Europe, 1750-1814

 

Université Laval, Québec, séminaire du CIEQ 

(centre interuniversitaire d’études québécoises),

Mardi 15 janvier 2013

 

 

Catherine Denys (Université de Lille 3, IRHIS UMR 8529)

 et

Vincent Milliot (Université de Caen, CRHQ UMR 6583)

 

 

            Officiers accablés de travail, esclaves des sommations incessantes liées à la préservation de la sûreté publique, ou bien, officiers adeptes d’un zèle modéré, absentéistes patentés, fainéants improductifs de profession : que fait la police ?

            Poser la question du temps de travail, de son organisation, de ses rythmes dans le cas de la police (des polices) d’Ancien Régime et du premier dix-neuvième siècle fait directement écho aux problématiques les plus récemment développées sur ce chantier, qui renvoient à l’étude des pratiques, à la lente spécialisation des tâches policières et à l’essor de formes de professionnalisation. Si une synthèse générale reste difficile pour un univers marqué par une très grande diversité de situations entre les villes, entre les corps et les institutions dotées de pouvoirs de police, un certain nombre d’observations et d’interrogations sont néanmoins possibles, dans le cas présent à travers les situations parisiennes et bruxelloises, de part et d’autre de la Révolution française.

            Conceptions doloristes du travail obligeant peut-être, on trouve un certain nombre de doléances au sujet de la surcharge de travail dont souffriraient les acteurs de la police. À l’inverse, d’autres observateurs insistent sur la médiocre assiduité et disponibilité de la police. Autre aspect de la lecture des moralistes : si la police est accablée de travail, c’est aussi parce que la grande ville devient ingérable et intrinsèquement perverse. Les deux discours contribuent sans doute à forger une image et à souligner une attente sociale : le « bon policier » se doit d’être disponible, à toute heure de la journée, et pour tous, ce qui peut supposer une évolution de la hiérarchie des tâches policières. Depuis les textes réglementaires et normatifs jusqu’aux archives de la pratique, peut-on reconstituer les formes d’organisation, les agendas et les rythmes du travail policier ?  Quels enjeux se nouent autour du temps de travail de la police ?